Europe
URL courte
Par
41310
S'abonner

Alors que le nombre de nouvelles infections par le coronavirus a augmenté en Italie dernièrement, le Premier ministre du pays a expliqué qu’il envisageait l’intensification de la campagne de vaccination afin d’éviter de devoir réinstaurer des restrictions fortes.

L'Italie, confrontée à une nouvelle vague de Covid-19, prévoit de presque tripler sa campagne de vaccination afin d’éviter d’avoir de nouveau recours à de fortes restrictions, a déclaré son Premier ministre, Mario Draghi, à l’occasion de l'ouverture du centre de vaccination de l'aéroport de Fiumicino, à Rome.

«Plus d'un an après le début de la situation sanitaire d’urgence, nous sommes malheureusement confrontés à une nouvelle vague de contaminations. Les souvenirs de ce qu’il s'est passé au printemps dernier sont encore vivaces, et nous ferons tout pour éviter que cela ne se reproduise. Aujourd'hui, le gouvernement, sur la base de données scientifiques, a adopté des mesures restrictives que nous jugeons appropriées et proportionnées», a-t-il précisé.

Il a souligné que la campagne de vaccination s’intensifiait, ce qui a permis de vacciner en moyenne par jour deux fois plus de personnes au cours des 11 jours de mars que durant janvier-février.

«Environ 170.000 personnes reçoivent le vaccin par jour. Notre objectif est de tripler cette quantité», a déclaré le Premier ministre.

Ce vendredi, le ministère italien de la Santé a annoncé que la majeure partie de l'Italie, confrontée à une troisième vague de Covid-19, serait de nouveau confinée à partir de lundi prochain, 15 mars. En outre, le gouvernement a durci les critères pour lever les restrictions au niveau régional.

«Nous pensons que ce n'est qu'avec la vaccination généralisée que nous pourrons lever des restrictions comme celles que nous avons dû prendre», a ajouté Mario Draghi.

À présent trois vaccins sont approuvés en Italie, à savoir Pfizer, Moderna et AstraZeneca.

Retards de livraison

En janvier, les livraisons du vaccin AstraZeneca en Europe ont été moins importantes que prévu en raison d'une «baisse de rendement» sur un site de fabrication. Cette annonce a alors suscité «le profond mécontentement» de la Commission européenne et des États membres

Fin janvier, le Premier ministre italien d’alors, Giuseppe Conte, avait indiqué sur son compte Facebook que les retards de livraison des vaccins de Pfizer et peut-être d’AstraZeneca contre le Covid-19 étaient inacceptables et représentaient de «graves violations des obligations contractuelles».

Qui plus est, les autorités italiennes, forcées de réviser leur programme de vaccination, ont dit envisager d’ester en justice.

Production de Spoutnik V en Italie

Plus tôt cette semaine, la Chambre de commerce italo-russe a fait savoir dans un communiqué qu’ accord avait été signé avec le Fonds russe d’investissements directs (RFPI) et le groupe Adienne Pharma&Biotech quant à la fabrication du vaccin anti-Covid Spoutnik V sur le sol italien. Selon elle, cela devrait être lancé en juillet. Au total, 10 millions de doses y seront produites d’ici la fin de l’année.

Toutefois, comme l'a indiqué le président d'Adienne Pharma & Biotech, Antonio Francesco di Naro à Bloomberg, il faut d’abord obtenir l'autorisation de l'autorité de réglementation italienne. Il a souligné qu'il était difficile de fixer des objectifs de production pour l'instant.

Lire aussi:

Le centre d'enrichissement de Natanz touché par un acte «terroriste antinucléaire», selon Téhéran
Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 replonge sous la barre des 35.000 en 24h en France
Ce propriétaire d’hôtel avait loué une chambre à Xavier Dupont de Ligonnès la première nuit de sa cavale
Tags:
Covid-19, santé, vaccin, Italie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook