Europe
URL courte
Par
Polémique autour du vaccin Spoutnik V en Europe (74)
996427
S'abonner

Le «monsieur vaccin» européen, Thierry Breton, a confirmé au Spiegel que le vaccin russe Spoutnik V, s’il est approuvé par l’Agence européenne des médicaments, arrivera «trop tard» dans l’UE, laquelle disposera d’assez de doses à ce moment-là.

Vendredi 9 avril, le commissaire européen au Marché intérieur en charge des vaccins, Thierry Breton, s’est exprimé dans le magazine allemand Der Spiegel sur la campagne de vaccination européenne. Il a une nouvelle fois fait savoir que l’UE n’aurait pas besoin du Spoutnik V, puisque d’ici sa validation potentielle et sa production sur le continent, ce dernier disposera de suffisamment de vaccins.

«Je suis convaincu que l'Agence européenne des médicaments (EMA) examinera le Spoutnik V et l'évaluera correctement. Mais une approbation ne signifie pas que le vaccin pourra être produit en quantité suffisante», a-t-il d’abord expliqué, indiquant qu’il faudrait «de nombreux mois» pour mettre en place sa production.

«Il est tout simplement trop tard pour utiliser le Spoutnik V pour notre objectif de faire vacciner tous les Européens d'ici l'été», a-t-il indiqué.

Le 21 mars, il avait déjà déclaré que l’UE n’avait «absolument pas besoin du Spoutnik V». «Nous n’imposons rien à personne mais quand on entend ce genre de déclaration de la part de représentants officiels, la question se pose de savoir quels intérêts protègent et représentent ces personnes?», avait rétorqué Vladimir Poutine.

Problèmes de livraison

Jusqu’à maintenant, quatre vaccins ont été autorisés par le régulateur européen (Pfizer, Moderna, AstraZeneca, Johnson & Johnson), mais plusieurs pays se sont plaints d’en recevoir trop peu. Un problème que M.Breton attribue à AstraZeneca, lequel n’a livré qu’un quart des doses promises. Ainsi, la Hongrie et la Slovaquie ont déjà homologué le vaccin russe sans attendre l’autorisation de l’EMA.

D’autres pays comme la République tchèque et l’Autriche ont également fait part de leur intention de l’autoriser sans attendre. En cas de validation, Kirill Dmitriev, directeur du Fonds russe d’investissements directs (RFPI), qui assure la promotion du Spoutnik V à l’étranger, a évoqué la possibilité d’en fournir à 50 millions de citoyens européens à partir de juin 2021.

Immunité de groupe

Le commissaire européen assure toujours que l’UE est «sur la bonne voie» pour réaliser son objectif d’atteindre l’immunité collective du continent à la mi-juillet. Avant cette date, 420 millions de doses auront été livrées, a-t-il précisé au Spiegel, de quoi vacciner 70% des Européens. Selon lui, 53 usines dans 12 pays produisent des vaccins sur le Vieux Continent, une production qui est amenée à augmenter.

L’Union européenne, qui défend comme l’OMS une distribution mondiale et équitable du vaccin, souhaite toujours en réserver 40% à l’exportation. Lors d’un entretien au Parisien, Thierry Breton avait à ce titre visé les États-Unis qu’il accuse de garder «100% de leur production pour eux». Fin mars, l’UE a toutefois renforcé ses contrôles aux exportations de vaccins afin qu’elle «obtienne sa juste part».

Dossier:
Polémique autour du vaccin Spoutnik V en Europe (74)

Lire aussi:

Le Hamas lance un nouveau barrage de roquettes vers Israël
Moscou exige qu’Israël cesse «immédiatement et entièrement» sa politique de colonisation
Moscou réagit aux accusations concernant une cyberattaque contre un pipeline US
Tags:
livraisons, Agence européenne des médicaments (EMA), vaccin, Union européenne (UE), Spoutnik V, Thierry Breton
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook