Europe
URL courte
Par
5174
S'abonner

Bien que dernièrement les autorités suisses aient assoupli les mesures sanitaires, le confinement pèse toujours sur la population. Dans cette situation, la police, qui fait de plus en plus souvent face au mécontentement général, veut être mieux protégée contre le risque d’infection.

À l’occasion du 1er mai des manifestations se sont tenues dans plusieurs villes de Suisse. Dans certains cas, des rassemblements non autorisé ont demandé l’intervention de policiers. Ceux-ci ne se sentent pourtant pas assez protégés dans les conditions épidémiques actuelles.

Johanna Bundi Ryser, présidente de la Fédération Suisse des Fonctionnaires de Police (FSFP), estime que tous les agents doivent être vaccinés le plus vite possible.

«La police est obligée de faire face au mécontentement d'une partie de la population qui la regarde comme un ennemi. Il est possible que des gens puissent s'approcher des policiers, les frapper et leur cracher dessus. C'est une situation vraiment délicate», a-t-elle expliqué à la chaîne locale SRF.

Elle avoue que la situation varie en fonction des cantons:

«Dans certains cantons, tout va très bien. La police y est vraiment vaccinée. Dans d'autres cantons, cependant, ce n'est pas le cas. Et nous aimerions voir qu’après les agents de santé les policiers soient aussi vaccinées».

Confinement en Suisse

En raison de l’aggravation de la situation sanitaire, le Conseil fédéral suisse a renforcés les 11 et 18 décembre derniers les mesures de lutte contre la propagation du coronavirus en fermant les restaurants, les établissements culturels et sportifs ainsi que les lieux de loisirs à partir du 22 décembre.

À partir du 18 janvier, les magasins et marchés ont également été fermés à l'exception de ceux qui vendent des biens de consommation courante. Les employeurs qui pouvaient le faire ont été obligés de mettre en place le télétravail.

Ces mesures ont été assouplies en avril avec la réouverture des espaces intérieurs, des lieux de loisirs et de divertissements ainsi que des magasins et musées. Les événements accueillant jusqu’à 100 personnes à l’extérieur et 50 à l’intérieur ont été aussi autorisés.

La population souffre

L’épidémie, qui à l’heure actuelle a fait près de 664.000 cas et plus de 10.600 morts dans le pays, a affecté divers aspects de la vie courante. Ainsi, selon une étude de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) citée le 27 avril par Radio Télévision Suisse, 25,4% de la population a connu des difficultés financières en lien avec la pandémie.

De son côté, l’Université de Zurich a constaté dans une autre étude que «de la mi-mars à la fin avril 2021, de nombreuses personnes en Suisse ont subi un stress psychologique important». 54% des jeunes femmes et 38% des jeunes hommes ont ainsi signalé des symptômes dépressifs légers à graves.

Lire aussi:

Une femme en état de démence blesse un policier au couteau avant d'être abattue
Rixe entre deux bandes rivales en pleine rue en Seine-Saint-Denis – vidéo
Israël organise les plus grandes manœuvres de son histoire: vers un nouveau conflit au Moyen-Orient ?
Tags:
police, Covid-19, Suisse
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook