Europe
URL courte
Par
3267
S'abonner

Des tarifs attractifs pour des voyages en TGV adaptés à la culture du pays sont désormais proposés aux Espagnols. L’arrivée de Ouigo a fait perdre son monopole à l’opérateur espagnol. Toutefois, selon une porte-parole de la SNCF qui a discuté avec Sputnik, la filiale française est entrée sur un marché qui «n’est pas adressé».

Les voyages à petits prix à bord des trains à grande vitesse à deux étages opérés par la filiale Ouigo de la SNCF sont désormais disponibles en Espagne. Les trains français ont fait leur entrée sur le marché espagnol et relient Madrid et Barcelone à compter du 10 mai. Cette démarche de l’opérateur français qui est rentré sur un marché qui «n’est pas adressé», en faisant perdre son monopole à l’opérateur Renfe, a été expliquée à Sputnik par une porte-parole de la SNCF.

«Le réseau espagnol est tout nouveau, un réseau de grande qualité, bien que sous-utilisé. Nous allons créer du marché. C’est la raison pour laquelle ADIF [Administrador de infraestructuras ferroviarias, ndlr] a augmenté de 65% le nombre de sillons sur ces trois corridors. Il y a un marché qui n’est pas adressé», détaille-t-elle au micro de Sputnik.

Elle indique que la concurrence n’est pas mauvaise pour le client et au contraire peut pousser au développement de nouvelles offres et options, ainsi que ferait prospérer le domaine.

«Nous constatons que l’arrivée de Ouigo sur le marché espagnol s’est déjà traduite par une évolution structurelle des tarifs sur le secteur», a expliqué l’interlocuteur de Sputnik.

Les tarifs à petits prix, le système d’achat simple et numérique ainsi que les valeurs de simplicité et de convivialité sont des éléments du succès de Ouigo en France qui y fonctionne depuis huit ans.

«Ce modèle Ouigo connaît un succès en France avec déjà 68 millions de voyageurs en huit ans», souligne la porte-parole de la SNCF contactée par Sputnik.

Même la situation économique n’a pas pu empêcher ce développement, alors que «Ouigo a toujours maintenu son engagement envers l’Espagne, en consacrant plus d’un demi-million d’heures de travail à la préparation des opérations, réaffirmant ainsi sa volonté de prendre part activement à la reprise de la croissance du pays, à travers l’offre de mobilité qu’elle met à disposition des Espagnols».

Les tarifs sur les trajets Ouigo commencent à partir de neuf euros. Les nouvelles rames à grande vitesse de la marque relient à compter du 10 mai Madrid à Barcelone avec des arrêts à Saragosse et Tarragone.

Avec l’arrivée des Français sur le marché, l’opérateur espagnol prévoit également de lancer son offre à petits prix, ce qui créera une multitude de choix pour les voyageurs.

«Renfe va d’ailleurs lancer sa propre offre low-cost avec Avlo. Si notre arrivée pousse tous les acteurs à innover dans leurs tarifs, cela va dans le bon sens pour permettre au plus grand nombre de voyageurs de choisir le train», indique l’interlocuteur de Sputnik.

Le point social

Grâce à cette arrivée sur le marché espagnol, Ouigo permettra de créer 1.300 emplois directs et indirects en Espagne.

«La société offre des contrats à durée indéterminée à 98% de ses employés ainsi que des formations continues de haute qualité. Elle porte une attention particulière aux métiers du numérique dans toutes ses filières, disposant de compétences de pointe, tels que data scientist, Web designers ou ingénieurs spécialisés. Elle applique également une politique de diversité et d’inclusion, avec une représentation féminine de 43% dans un secteur où les femmes occupent généralement 2 à 15% des postes de travail», précise l’entreprise.

D’autres perspectives en Espagne

Alors que les trains Ouigo relient Madrid et Barcelone maintenant, l’opérateur français ne s’arrêtera pas là. En ce qui concerne les futurs plans de développement de son activité en Espagne, la porte-parole a évoqué: «la prochaine ouverture de ligne concernera Madrid-Levante dans quelques mois». Elle verra le jour quand l’entreprise aura fini avec l’aménagement du point de vue technique dans cette direction, précise le représentant.

Parmi d’autres projets considérés, l’interlocuteur de Sputnik a également nommé plusieurs villes espagnoles qui seront desservies par des trains Ouigo.

«Nous desservirons alors Valence avec trois allers-retours et Alicante avec deux allers-retours par jour. Nous nous préparons également à ouvrir la desserte de l’Andalousie avec trois allers-retours par jour vers Cordoue et Séville et deux allers-retours par jour vers Malaga, dès que les modifications techniques et l’autorisation des trains seront menées à bien».

À noter que ces trajets seront effectués par la flotte de 14 trains Alstom Euroduplex dernière génération à deux étages que Ouigo mettra pour la première fois sur les voies à grande vitesse espagnoles.

Adaptation à la culture espagnole

Les rames proposées pour les Espagnols se différencient de celles qui circulent en France, alors que la marque a décidé d’honorer les particularités de la culture espagnole. Tandis que le principe des nouveaux trains est similaire, «l’offre n’est pas la même».

«Ouigo s’est adapté à la culture espagnole. La voiture-bar a été conservée. Les bars et restaurants font partie de la vie quotidienne des Espagnols. À noter que le bar est fermé pour le moment du fait des conditions sanitaires», a expliqué la porte-parole de la SNCF à Sputnik.

En outre, l’aménagement de l’intérieur et le type de siège font aussi partie d’une offre de services innovante.

«L’aménagement intérieur n’a pas été densifié comme en France. Cependant, les TGV Ouigo peuvent accueillir davantage de clients qu’un AVE [train de la Renfe, ndlr]. Les clients peuvent choisir de réserver des sièges XL avec l’option Ouigo Plus (pour neuf euros). En France, il y a un seul type de siège», précise-t-elle à Sputnik.

Enfin, l’opérateur français a opté pour la couleur blanche pour les rames qui circulent en Espagne contre le bleu en France, car le blanc s’adapte mieux aux fortes chaleurs.

Lire aussi:

L'armée russe ouvre le feu pour stopper un destroyer britannique qui a violé sa frontière en mer Noire
Dupond-Moretti «n’a pas jugé utile de signaler» que les bulletins de la gauche étaient absents de son bureau de vote
Ex-ambassadeur de France à Moscou: «Joe Biden a très clairement compris le message du Président russe»
Tags:
concurrence, économie, Espagne, train, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook