Europe
URL courte
Par
22394
S'abonner

Encore sept pays d’Europe, non-membres de l’Union européenne, ont rejoint le blocus aérien de la Biélorussie, selon un communiqué du chef de la diplomatie européenne. L’engagement est salué par Bruxelles qui a parallèlement imposé de nouvelles sanctions contre Minsk en coordination avec Londres et Washington.

Des pays-candidats pour entrer dans l’Union européenne, à savoir la Macédoine du Nord, le Monténégro, la Serbie et l’Albanie, aussi bien que des pays-membres de l’Association européenne de libre-échange (AELE), soit l’Islande, le Lichtenstein et la Norvège, viennent de s’associer à la fermeture de l’espace aérien de l’Europe aux avions biélorusses, a annoncé le Haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Josep Borrell dans un communiqué lundi 21 juin.

«Ils vont assurer que leurs politiques nationales se réalisent en conformité avec la décision du Conseil de l’UE. L’Union européenne prend note de cet engagement et le salue», indique le chef de la diplomatie européenne.

Blocus aérien de la Biélorussie

La décision de fermer l’espace aérien de l’UE aux compagnies aériennes de Biélorussie a été officialisée le 4 juin 2021 en réponse à l’atterrissage d’urgence d’un avion de Ryanair à Minsk le 23 mai transportant le journaliste et opposant biélorusse Roman Protassevitch et sa compagne russe, Sofia Sapega, recherchés par la justice biélorusse dans le cadre de plusieurs enquêtes pénales.

Effectuant le 23 mai 2021 le vol FR4978 Athènes-Vilnius, un Boeing 737-800 de la compagnie aérienne à bas prix Ryanair a atterri dans la capitale biélorusse suite à une alerte à la bombe, qui s’est avérée fausse.

À l’aéroport de Minsk, tous les passagers ont fait l’objet d’un contrôle d’identité lors duquel M.Protassevitch et Mme Sapega ont été arrêtés.

Bruxelles a accusé la Biélorussie d’avoir détourné l’aéronef civil pour une fausse raison, ces imputations ont été rejetées par les autorités biélorusses.

L’UE a également recommandé aux avions européens de ne plus survoler le territoire de la Biélorussie.

Les sanctions antibiélorusses se multiplient

Le Conseil de l’UE a également décidé le 21 juin d’imposer un quatrième paquet de restrictions à l’encontre de personnes physiques et morales biélorusses, selon le communiqué du Haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Josep Borrell.

Cette décision cible 78 citoyens biélorusses et huit entités de cette ex-République soviétique.

«Les sanctions ont pour but de maintenir la pression sur les autorités politiques de la Biélorussie pour établir un dialogue national véritable et inclusif et éviter des répressions ultérieures», a souligné M.Borrel dans son communiqué.

Depuis le moment où cette nouvelle crise politique a éclaté entre les pays occidentaux et la Biélorussie, l’UE a sanctionné au total 166 personnes physiques et 15 organisations biélorusses.

Les restrictions européennes sont renforcées par des mesures antibiélorusses annoncées également lundi par le Royaume-Uni, les États-Unis et le Canada.

«L’UE serait prête à imposer des sanctions économiques complémentaires si la situation en Biélorussie ne s’améliore pas», a insisté le chef de la diplomatie européenne.

Lire aussi:

«État Mafia»: des manifestants anti-pass s’en prennent à un pharmacien à Montpellier - vidéos
Le pass sanitaire désormais obligatoire pour la pratique du football
L’intrusion de gens du voyage met ce club du foot français dans une «situation catastrophique» - photos
«Il y a quelque chose sur votre menton»: Joe Biden pris au dépourvu devant les caméras - images
Tags:
Union européenne (UE), Biélorussie, sanctions, Josep Borrell
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook