Europe
URL courte
Par
101321
S'abonner

Un membre de la minorité rom est décédé après une interpellation musclée en République tchèque. Les vidéos de l’arrestation ont circulé sur Internet. La police parle d’un individu agressif et d’une overdose.

Un an après le décès de Georges Floyd à Minneapolis, un cas présentant des similitudes agite l’opinion en République tchèque. Plusieurs vidéos d’une intervention policière ont en effet fuité sur Internet. Les images montrent un homme torse nu, en train d’être maîtrisé par des agents, l’un d’eux appuyant son genou sur son dos.

La scène s’est déroulée dans la ville de Teplice, le 19 juin. L’homme arrêté, qui appartenait à la communauté rom, a finalement dû être évacué en ambulance, mais a trouvé la mort peu après, précise la police dans un communiqué.

Malgré un scénario semblable à celui de Minneapolis, les forces de l’ordre affirment qu’il ne s’agit pas d’«un Floyd tchèque». Dans son communiqué, la police explique en effet être intervenue suite à un appel, alors que deux hommes tentaient de s’en prendre à des voitures garées dans la rue. À leur arrivée, les agents ont trouvé un individu allongé sans chemise sur le sol, présentant des blessures. Agressif, celui-ci s’en est pris aux policiers qui ont alors dû le maîtriser.

L’autopsie a écarté tout lien entre l’interpellation et le décès, précisent les forces de l’ordre. La victime avait ingéré une substance de la famille des amphétamines et le médecin légiste a conclu à l’overdose. La police a finalement publié sur Twitter une vidéo des événements précédant l’interpellation qui montre effectivement un individu frapper sur une voiture.

La communauté rom en émoi

Les explications de la police peinent cependant à convaincre du côté de la communauté rom, où certains justifient le parallèle avec le cas de Georges Floyd.

«Le compte rendu officiel de l’événement par la police met l’accent sur la consommation de drogue d’un homme décédé plus tard. Sans spectateurs filmant l’incident, le public ne serait pas au courant de ce qui s’est réellement passé», se désole auprès du Guardian Gwendolyn Albert, membre du Conseil du gouvernement tchèque pour les affaires des minorités roms.

Dans un communiqué, le groupe de défense des Roms ERGO Network demande à ce que les policiers soient sanctionnés pour des techniques d’intervention «inadéquates». L’association Romano Lav souligne pour sa part que l’usage de drogue «ne légitime pas la brutalité policière».

Plusieurs membres du Conseil du gouvernement tchèque ont demandé une enquête approfondie. Le ministère de l’Intérieur a quant à lui apporté son soutien aux policiers.

Le 25 mai 2020, Georges Floyd a trouvé la mort à Minneapolis après une intervention de police menée, notamment par Derek Chauvin qui a appuyé son genou pendant plusieurs minutes sur la nuque de l’interpellé. L’agent a finalement été reconnu coupable de meurtre au deuxième et troisième degré et écroué. Début juin, l’accusé avait fait appel à la clémence, demandant une peine de prison réduite, alors que les procureurs avaient requis 30 ans de réclusion à son encontre.

La question de la consommation de drogue s’était là aussi posée. L’autopsie de Georges Floyd avait mis en évidence la présence de fentanyl dans son organisme.

Lire aussi:

Les nombres de décès quotidiens dus au Covid et de malades en réanimation grimpent en France
La police allemande patrouille à La Rochelle aux côtés de la gendarmerie – photo
Un trentenaire décède après sa vaccination au Pfizer dans les Landes, la famille y voit un lien et porte plainte
Tags:
Georges Floyd, interpellation, violences policières, République tchèque, overdose
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook