Europe
URL courte
Par
91321
S'abonner

L’Euro 2020 de football est l’événement de masse ayant eu le plus d’impact sur les contaminations au Royaume-Uni, selon une récente étude. Après coup, la compétition a pu paradoxalement avoir un effet sur le ralentissement de la propagation du virus.

Alors que les championnats européens de football reprennent progressivement leur droit, accueillant parfois du public en tribune grâce au pass sanitaire, une étude britannique tire le bilan sanitaire de l’Euro 2020. Sans surprise, la compétition a été l’un des grands pourvoyeurs de contaminations au Covid-19 en juillet, rapporte l’agence gouvernementale Public Health England (PHE).

Plus de 9.400 cas liés aux matchs ont ainsi été détectés au Royaume-Uni, alors que le célèbre stade de Wembley a accueilli huit rencontres au cours du championnat. Parmi elles, c’est évidemment la finale, perdue par l’Angleterre, qui a polarisé les contaminations. L’étude rapporte ainsi que 3.040 personnes étaient probablement contagieuses lorsqu’elles y ont assisté, et que 2.295 ont été infectées dans ou autour de Wembley.

«L’Euro 2020 et la progression de l'Angleterre vers la finale ont généré un risque important pour la santé publique à travers le Royaume-Uni […]. Pour la finale et les demi-finales, les mesures d'atténuation des risques étaient moins efficaces que celles mises en place pour d'autres événements sportifs», est-il ainsi expliqué dans l’étude.

Elle souligne aussi que les restrictions sanitaires ont été de moins en moins respectées à mesure que le championnat progressait, en particulier le port du masque ou les mesures de distanciation physique.

L’Euro obtient finalement la palme des contaminations au Royaume-Uni parmi les événements sportifs estivaux, loin devant Wimbledon. Le tournoi de tennis a généré 881 cas positifs, pour un public combiné de 300.000 spectateurs sur deux semaines.

Baisse des contaminations

Le Royaume-Uni a cependant connu une importante baisse des contaminations à partir de la mi-juillet. Les cas positifs ont même été divisés par deux entre le 17 juillet et le 2 août, rapporte la revue scientifique Nature.

Paradoxalement, la forte transmission du virus pendant l’Euro a pu participer à cette tendance baissière. Le public de l’Euro étant relativement jeune, de nombreuses personnes de moins de 35 ans se sont naturellement retrouvées protégées contre le Covid, qu’elles venaient de contracter. Et comme une large partie des plus de 40 ans est déjà vaccinée au Royaume-Uni, le virus a vu son terrain de chasse se rétrécir, comme l’explique à France 24 Kevin McConway, ancien vice-président de la Royal Statistical Society.

La baisse des cas semble même avoir suivi le parcours des équipes nationales dans la compétition.

«Le recul du nombre de nouveaux cas a commencé un peu plus tôt en Écosse, un pays dont l’équipe nationale a été éliminée plus tôt», affirme le spécialiste à la chaîne de télévision.

Le Royaume-Uni avait levé l’ensemble de ses restrictions sanitaires le 19 juillet dernier. Néanmoins, avec l’arrivée du variant Delta, Boris Johnson avait annoncé la mise en place d’un pass vaccinal à partir de septembre, conditionnant l’entrée dans certains établissements rassemblant des foules, comme les discothèques.

Une décision qui a entraîné d’importants mouvements de contestation, semblables à ceux vus en France contre l’extension du pass sanitaire.

Lire aussi:

Pas si brouillés? Mélenchon était bien présent aux cinquante ans d’Éric Zemmour
Macron demande pardon aux harkis, il est interrompu en plein discours - vidéo
«Le Pr Raoult est responsable de milliers de décès évitables dans les pays francophones», selon un microbiologiste belge
«Impensable d'avancer»: la France passe l’éponge sur l’accord de libre-échange entre l’UE et l’Australie
Tags:
Euro 2020, match, football, Covid-19, Royaume-Uni, stade
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook