Europe
URL courte
Par
10195
S'abonner

Selon la presse britannique, la police des frontières (Border Force) est entraînée à de nouvelles méthodes permettant de refouler ces embarcations avant qu'elles n'atteignent le sud de l'Angleterre, alors que des flux record ont été observés ces derniers mois.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a averti jeudi que la France n'accepterait «aucune pratique contraire au droit de la mer, ni aucun chantage financier» du gouvernement britannique qui a annoncé vouloir refouler vers l'Hexagone des bateaux de migrants traversant la Manche.

«L'engagement de la Grande-Bretagne doit être tenu. Je l'ai dit clairement à mon homologue Priti Patel», avec laquelle M. Darmanin s'est entretenu mercredi lors d'une réunion des ministres de l'Intérieur du G7 à Londres, a-t-il écrit sur Twitter.

«L'amitié entre nos deux pays mérite mieux que des postures qui nuisent à la coopération entre nos services», a ajouté le ministre de l'Intérieur français.

Selon la presse britannique, la police des frontières (Border Force) est entraînée à de nouvelles méthodes permettant de refouler ces embarcations avant qu'elles n'atteignent le sud de l'Angleterre, alors que des flux record ont été observés ces derniers mois.

«Un impact négatif sur notre coopération»

Le Times précise que Mme Patel a demandé que soit réécrite en ce sens l'interprétation par le Royaume-Uni du droit maritime international.

Cette stratégie, qui a reçu l'assentiment du Premier ministre Boris Johnson, ne serait utilisée que dans «des circonstances très limitées» d'après le Telegraph, pour les plus gros bateaux et quand la situation est jugée sûre.

Dans une lettre adressée à la ministre britannique, datée de lundi, M. Darmanin avait prévenu que le recours aux refoulements en mer «risquerait d'avoir un impact négatif sur notre coopération».

«Nous appelons le gouvernement britannique à la prudence sur le recours annoncé à des modes opératoires pour lutter contre les tentatives de traversées maritimes qui seraient non seulement dangereuses pour les hommes, femmes et enfants à bord de ces embarcations, mais contraires au droit international», avait réagi mercredi à l'AFP le ministère de l'Intérieur français.

La question des traversées est régulièrement à l'origine de frictions entre Londres et Paris. Le Royaume-Uni s'est engagé fin juillet à payer à la France 62,7 millions d'euros en 2021-2022 pour financer le renforcement de la présence des forces de l'ordre françaises sur les côtes.

Lire aussi:

Sous-marins: «trahison» pour le ministère des Armées, mais pas de «catastrophe industrielle» pour Le Maire
Sous-marins australiens: la Russie tourne la France en dérision en rappelant les Mistral
Macron évoque la possibilité de «lever le pass» dans certains territoires
Liban: avec l’arrivée en grande pompe du pétrole iranien, le jour de gloire du Hezbollah?
Tags:
La Manche, France, Royaume-Uni, migrants
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook