Faits divers
URL courte
Par
171829
S'abonner

Un train Le Havre-Rouen-Paris a fait un arrêt imprévu mardi, forçant ses 150 passagers à descendre et perturbant fortement le réseau. La raison? Le personnel a appelé la gendarmerie pour un passager qui refusait de mettre son masque, rapporte Paris-Normandie.

Mardi 22 septembre, entre cinq et six heures du matin, le train SNCF Le Havre-Rouen-Paris s’est soudainement arrêté à Bréauté, en Seine-Maritime, une gare non prévue sur le trajet, informe Paris-Normandie. Un passager refusait de mettre son masque, affirmant être sous morphine et avoir des difficultés à respirer.

Les gendarmes sont intervenus, tandis que les 150 passagers ont dû descendre et attendre le train suivant. Le train en question a été supprimé, créant de fortes perturbations sur le reste de la ligne.

Sur le quai de la gare, l’homme de 52 ans a expliqué aux militaires qu’il venait de se faire amputer les doigts, d’où la morphine, et se rendait d’ailleurs à Paris pour un rendez-vous avec un chirurgien.

Altercation avec le contrôleur

Le quinquagénaire a également précisé que le contrôleur ne lui avait pas laissé le temps de s’expliquer. D’après ce dernier, le passager s’est montré agressif, ce qu’a nié un témoin, greffier au tribunal de Paris, lequel n’a observé ni insulte ni débordement de sa part.

Toujours selon Paris-Normandie, un incident similaire s’était produit sur la même ligne la semaine précédente, menant à l’intervention des gendarmes, à la suppression du train et à la perturbation du trafic ferroviaire.

Lire aussi:

Le nombre de décès le plus élevé depuis avril et les nouveaux cas en baisse en 24h en France
«Nous sommes libres de décapiter»: des milliers de messages de bots envahissent des sites français
Le ministre français du Commerce commente l'appel d'Erdogan à boycotter les produits français
Tags:
gendarmerie, trafic ferroviaire, perturbations, masques, train, SNCF
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook