Faits divers
URL courte
Par
204102
S'abonner

En dépit de trois appels passés au Samu, une femme enceinte âgée de 24 ans a trouvé la mort à Saint-Jean-de-Liversay (Charente-Maritime) le 27 septembre. Son conjoint a porté plainte contre X. Une enquête a été ouverte, rapporte Sud-Ouest.

Une jeune femme enceinte qui souffrait de diarrhées et de vomissements est morte à Saint-Jean-de-Liversay (Charente-Maritime) après deux appels passés au Samu dans la nuit de samedi à dimanche, puis un troisième au matin, relate Sud-Ouest.

Âgée de 24 ans, la victime, qui réside habituellement dans les Deux-Sèvres, se trouvait alors dans la maison de sa belle-famille. Selon le quotidien régional, elle a commencé à se sentir mal pendant un dîner au restaurant, puis son état de santé s'est aggravé de retour au domicile. La belle-famille a contacté les secours.

«Ils ont appelé le Samu qui, dans un premier temps, ne s’est pas déplacé», a annoncé le procureur de la République de La Rochelle, Clément Incerti.

«Un malaise grave»

Le directeur du groupe hospitalier Littoral Atlantique a confirmé à Sud-Ouest que «deux appels, entre 2 et 3 heures, ont été pris en charge par la régulation libérale. La jeune femme souffrait de diarrhées, de vomissements. Elle a reçu des conseils de la part d'un médecin régulateur. Vers 8 heures, au troisième appel, pris en charge par le Smur, il a été décidé d'envoyer une équipe car elle faisait un malaise grave».

Accompagnés des gendarmes, les secours sont arrivés le matin. D'après les témoignages des voisins auprès de Sud-Ouest, les services mortuaires sont quant à eux arrivés vers midi.

Le parquet de La Rochelle a ouvert une enquête. Elle est confiée à la brigade de la gendarmerie de Marans qui a réquisitionné les bandes-son des appels téléphoniques.

Plainte déposée

Le corps de la victime va être autopsié afin d’établir les causes exactes de son décès. En outre, des examens «anatomopathologique et toxicologique» doivent être effectués par l'institut médico-légal de Poitiers.

Le conjoint a porté plainte contre X.

Lire aussi:

«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Vitres brisées, tags, menaces: des mosquées ciblées à Bordeaux et Béziers - images
Une enseignante menacée par ses élèves à Toulouse pour avoir abordé le port du voile en France
Tags:
décès, enceinte, Charente-Maritime, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook