Faits divers
URL courte
Par
4727
S'abonner

17.000 mètres carrés en plein cœur de Paris: ce jeudi 1er octobre, les travaux visant à transformer l’ancien ministère des Armées en 254 logements sociaux ont débuté. Il s’agit d’une «opportunité historique», a estimé sur CNews Ian Brossat, l’adjoint à la mairie de Paris chargé du Logement.

Fin 2018, la Régie immobilière de la Ville de Paris (RIVP) a pu acquérir la moitié du ministère des Armées, après son transfert dans les nouveaux locaux de Balard. Ces bâtiments d’environ 17.000 mètres carrés situés en plein cœur du VIIe arrondissement de Paris devront être transformés en 254 logements sociaux. Les travaux ont officiellement commencé ce 1er octobre.

«Opportunité historique»

Comme l’a annoncé à CNews Ian Brossat, l’adjoint à la mairie de Paris chargé du Logement, cette opération est une «opportunité historique», «afin de créer autant de logements sociaux dans un arrondissement qui en est quasiment dépourvu».

Un gymnase, une crèche de 68 berceaux et un jardin public de 550 mètres carrés, ouvert à tous vont également y faire leur apparition.

Augmenter le nombre de logements sociaux d'un tiers

Selon M.Brossat, il s’agit d’un «bel exemple de conversion des bâtiments de l'État en logements sociaux», ce qui constitue un rééquilibrage. Aujourd'hui, le VIIe arrondissement est celui qui compte le moins de HLM dans la capitale, avec seulement 2% de ce type d'habitation, rappelle CNews.

«Avec cette opération, nous augmentons d'un tiers le nombre de logements sociaux dans cet arrondissement considéré à Paris comme la "lanterne rouge" en matière de logement social», a dit Ian Brossat.

Les premières familles pourront s’installer dans cet immeuble au printemps 2023.

Lire aussi:

Le Kremlin réagit après les piques de Kadyrov contre Macron
La Turquie promet une riposte après la caricature d'Erdogan dans Charlie Hebdo
Emmanuel Macron annonce la réintroduction du confinement en France métropolitaine
Tags:
Paris, HLM (Habitation à Loyer Modéré), France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook