Faits divers
URL courte
Par
1314
S'abonner

Le département des Alpes-Maritimes a été gravement touché le 2 octobre par la tempête Alex dont l’arrivée a mis la région en vigilance rouge. Une centaine de maisons ont été endommagées et plusieurs autres dégâts constatés lors d’un survol de reconnaissance effectué par le député Éric Ciotti.

Qualifiée de «bombe météorologique» par les météorologues en raison de la rapidité de sa formation, la tempête Alex a ravagé vendredi 2 octobre certains secteurs des Alpes-Maritimes.

«Plusieurs dizaines de maisons ont été emportées», a témoigné ce samedi 3 octobre sur Twitter le député LR Éric Ciotti qui a survolé en hélicoptère les dégâts occasionnés par la tempête à Saint-Martin-Vésubie.

Selon M. Ciotti, le bilan pourrait être très lourd car plusieurs zones n'ont pas encore pu être touchées par les sauveteurs.

Le président du conseil départemental Charles-Ange Ginésy, aussi présent dans l’appareil, a évoqué «des images terribles», publiant une vidéo du survol de Roquebillière.

L’intempérie touche la France

Le 2 octobre, certains secteurs des Alpes-Maritimes ont été placés par Météo-France en vigilance rouge sur le registre «pluies-inondations» et orange sur «orages» et «vagues submersives».

Avec le passage de la tempête Alex, Météo-France a annoncé des niveaux de précipitations «historiques» alors que plusieurs secteurs étaient inondés.

Une centaine de maisons ont d’ores et déjà dans le département, a déclaré le maire de Nice Christian Estrosi.

Les recherches se poursuivent, alors que huit personnes sont toujours portées disparues et trois autres «supposées disparues», comme l’ont précisé les pompiers du département à l’AFP.

Lire aussi:

Darmanin prédit des «décisions difficiles» pour lutter contre l'épidémie de Covid-19
Venue vider le logement de son père défunt, elle fait une découverte explosive
Trois scénarios à l'étude au sein de l'exécutif face à l'accélération de l'épidémie
Tags:
sinistrés, tempête, intempéries, Alpes-Maritimes, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook