Faits divers
URL courte
Par
163315
S'abonner

Deux ans de prison ferme pour harcèlement sur son ex-conjointe et outrage à agent. Une condamnation qui a mis en colère un quadragénaire à l’annonce de la décision du tribunal de Besançon le 12 octobre, arrachant le pupitre de la salle d’audience avant de se jeter sur les juges.

Furieux suite à sa condamnation lundi 12 octobre, un prévenu d’une quarantaine d’années a tenté d’agresser les juges au palais de justice de Besançon, rapporte L’Est républicain.

Cette réaction a fait suite à l’annonce de la décision prise par les juges qui l’ont condamné à deux ans de prison ferme pour des faits de harcèlement sur son ex-compagne et d’outrage envers des gendarmes.

Devenu incontrôlable, il arrache le haut du pupitre en bois puis se jette sur le bureau de la présidente et ses deux assesseurs, envoyant en l’air au passage un dossier posé sur la table. Le quadragénaire est finalement maîtrisé par les trois agents de son escorte avec l’aide de trois gendarmes, avant d’être emmené dans une cellule du sous-sol.

«Quand je craque, je dis des mots que je regrette. Je suis malade car je ne peux plus voir mon fils. J’ai perdu 20 kilos depuis janvier, vous voulez me voir dans une tombe, c’est ça?», admettait lundi le prévenu désemparé, comme pour justifier son comportement.

«Son fils lui appartient, comme un objet»

Selon l’avocate de la victime, le prévenu utilise son enfant «pour atteindre Madame». Une idée partagée par la procureure qui estime que «son fils lui appartient, comme un objet. C’est un meuble».

Déjà condamné pour des violences physiques à l’encontre de son ex-conjointe, le mis en cause était cette fois poursuivi pour appels malveillants et harcèlement, agrémentés de nombreuses insultes et menaces. Suite à son comportement lundi, il devrait faire l'objet de nouvelles poursuites pénales.

Lire aussi:

Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Ce que l’on sait de l’arme utilisée par le terroriste pour décapiter le professeur Paty
Les anciens amis du terroriste de Conflans témoignent
Tags:
agression, justice, Besançon, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook