Faits divers
URL courte
Par
171020
S'abonner

Un automobiliste a été contrôlé avec 3,29 grammes d’alcool par litre de sang à Bréhal (Manche). Il a avoué aux gendarmes avoir consommé au cours de la journée pas moins de 48 bières, une bouteille de pastis et une de rosé, indique le compte Facebook de la gendarmerie de la Manche le 15 octobre. Son permis était annulé depuis 1997.

Les gendarmes de la brigade de Gavray ont interpellé le 10 octobre à Bréhal (Manche) un automobiliste qui avait fait une sortie de route. Son taux d'alcoolémie était «éloquent»: 3,29 grammes par litre de sang, écrit la gendarmerie de la Manche sur Facebook.

D’après la publication, l’individu s’est endormi au volant et a perdu le contrôle de son véhicule qui s’est immobilisé dans le fossé.

Permis de conduire annulé depuis 1997

L’homme de 58 ans a par la suite avoué aux gendarmes avoir consommé au cours de la journée «pas moins de deux packs de 24 bières, une bouteille de pastis et une bouteille de rosé».

En outre, il conduisait alors que son permis de conduire était annulé depuis 1997.

«Il devra répondre de ces deux infractions (en récidive) le 21 janvier prochain devant le tribunal judiciaire de Coutances», précisent les gendarmes.

Elle percute quatre véhicules à Montpellier

Un autre accident de la route provoqué par un automobiliste ivre a récemment eu lieu à Montpellier. Le 13 octobre, une femme avec plus de 2,20 grammes d’alcool dans le sang a percuté quatre véhicules au volant de sa voiture flambant neuve achetée le jour même.

Comme le précise Midi libre, la femme sortait d’une soirée «très arrosée» entre amis. Elle a écopé d’une ordonnance pénale.

Lire aussi:

Le nombre de décès le plus élevé depuis avril et les nouveaux cas en baisse en 24h en France
«Nous sommes libres de décapiter»: des milliers de messages de bots envahissent des sites français
Le ministre français du Commerce commente l'appel d'Erdogan à boycotter les produits français
Tags:
accident de la route, ivresse, automobiliste, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook