Faits divers
URL courte
Par
301877
S'abonner

Un habitant du XXe arrondissement de Paris accuse plusieurs policiers d’avoir volontairement dégradé son véhicule. Sa vidéo diffusée sur les réseaux sociaux a attiré l’attention de l’IGPN, la police des polices, qui a ouvert une enquête, relate Libération via son service Checknews.

«Ils sont en train de crever mes pneus», chuchote cet habitant du XXe arrondissement en filmant des policiers qui tournent autour de son véhicule. Une vidéo diffusée sur Facebook et Twitter a conduit l’Inspection générale de la Police nationale (IGPN) à mener une enquête sur ce qui pourrait être une dégradation volontaire de véhicule par des agents de police, rapporte Checknews du journal Libération.

Les faits datent du 9 octobre, lorsque le propriétaire du véhicule, M.Coulibaly, se fait contrôler par la police, laquelle constate que la carte grise est au nom de sa femme. Ils lui font alors savoir qu’il n’a pas le droit de conduire la voiture en l’absence de celle-ci. L’homme rentre malgré tout chez lui.

Le lendemain, le propriétaire d’une société de réparation automobile, un certain David V., diffuse une vidéo en deux parties. Il filme dans un premier temps le véhicule de son client, constatant des phares et vitres cassés ainsi que des pneus crevés. S’ensuit l’extrait, filmé la veille, dans lequel le propriétaire observe plusieurs policiers rentrer dans un parking. Sans que les agents ne soient toujours visibles, un bruit de crevaison de pneu peut être entendu.

«J’ai fait 11.000 Coulibaly, exactement 11.359 Coulibaly, dans toute la France», indique l’un des policiers qui s’écrit ensuite: «Je l’ai retrouvé ce fils de pute!». La deuxième partie de la vidéo montre cinq policiers sortir du bâtiment, quatre rentrent dans une voiture de service, le dernier repart à pied. Juste après, M.Coulibaly vient constater lui-même les dégâts occasionnés sur son véhicule.

«Un comportement de gang»

Joint par Checknews, le propriétaire du garage confirme que «les quatre pneus sont crevés, le feu arrière droit est cassé ainsi que la petite vitre à l’avant». «C’est un comportement de gang, pas de policiers», ajoute-t-il.

Selon lui, les policiers sont revenus chez M.Coulibaly le 11 octobre afin de l’interroger. L’IGPN l’a contacté après que la vidéo a largement tourné sur Facebook et Twitter. Elle s’est vu confier l’enquête par le parquet de Paris le 13 octobre.

Lire aussi:

Erdogan appelle Macron à subir un «examen de santé mentale» vu son avis sur les musulmans de France
Il traite ses copains de «fils de porcs» dans le 93, sa mère refuse de s'excuser auprès de l'enseignant et l'insulte
«On va te décapiter la tête»: le maire du VIIIe à Lyon menacé - photos
Tags:
Inspection générale de la police nationale (IGPN), dégradation, véhicule, policier, CheckNews
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook