Faits divers
URL courte
Par
141231
S'abonner

Le parquet de Strasbourg a annoncé l’ouverture d’une enquête pour apologie du terrorisme visant deux collégiens de 12 ans après des incidents survenus lors de l’hommage au professeur décapité Samuel Paty. Deux autres enfants, de 8 et 9 ans, ont aussi été signalés à la justice.

Deux collégiens de 12 ans de l’agglomération strasbourgeoise sont visés par une enquête pour apologie du terrorisme après avoir déclaré qu’ils justifiaient la décapitation par un terroriste du professeur Samuel Paty dans les Yvelines, a déclaré le parquet de Strasbourg.

Les adolescents auraient tenu ces propos lors des échanges entourant la minute de silence en hommage à l’enseignant d’histoire-géographie, assassiné le 16 octobre dans les Yvelines pour avoir montré en classe des caricatures du prophète Mahomet lors d’un cours sur la liberté d’expression.

Selon le parquet, l’enquête a été confiée à la direction départementale de la sécurité publique (DDSP) du Bas-Rhin et à la direction interrégionale de la police judiciaire (DIPJ) de Strasbourg.

Deux autres enfants, de 8 et 9 ans, scolarisés en primaire, ont aussi été signalés à la justice après l’hommage à Samuel Paty.

Un autre cas d’apologie du terrorisme à Poitiers

Le 2 novembre, deux hommes d’origine afghane, soupçonnés d'apologie du terrorisme, ont été placés en garde à vue à Poitiers, à l’issue d’une vaste opération des forces de l'ordre dans un centre d'accueil pour migrants.

Selon La Nouvelle République du Centre-Ouest, ces ressortissants afghans sont soupçonnés d'avoir diffusé des messages sur Internet faisant l’apologie de la décapitation de Samuel Paty.

Lire aussi:

Ces 25 propriétaires du 93 ont appris par simple lettre qu’ils étaient expropriés
Plusieurs villages français seront privés d’Internet à cause de la 5G
Un eurodéputé surpris dans une orgie gay à Bruxelles présente sa démission
Tags:
Samuel Paty, enfants, adolescents, Strasbourg, apologie du terrorisme, apologie, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook