Faits divers
URL courte
Par
Attaque à Notre-Dame de Nice (46)
4193
S'abonner

Alors que quatre garde à vue entamées mardi sont toujours en cours dans le cadre de l'enquête sur l'attentat qui a frappé la semaine dernière la ville de Nice, une mesure similaire a été décidée pour un jeune de 17 ans, rapporte l'AFP. Il est soupçonné d'avoir été en contact avec le terroriste par le bais d'une messagerie.

Un jeune homme de 17 ans a été placé mercredi en garde à vue dans l'enquête sur l'attaque au couteau dans une église de Nice, jeudi dernier, qui a causé la mort de trois personnes, a appris l’AFP de source judiciaire.

Ce mineur, interpellé en Seine-Saint-Denis, est soupçonné d'avoir été en contact par messagerie avec l'assaillant tunisien, Brahim Aouissaoui, selon cette même source.

Quatre autres gardes à vue, entamées mardi, étaient toujours en cours mercredi en début de soirée, tandis qu'un Tunisien de 29 ans, interpellé samedi, a été relâché dans la journée sans poursuite à ce stade.

Cet homme, Ahmed B.A., a été interrogé pendant quatre jours sur ses liens avec l'assaillant, avec qui il a voyagé à bord du bateau qui a accosté le 20 septembre à l'île italienne de Lampedusa. Les deux hommes auraient ensuite fait route jusqu'en France.

Parmi les personnes qui restent en garde à vue se trouve un autre Tunisien de 29 ans, interpellé mardi matin à Sarcelles (Val-d'Oise). Cet homme est aussi soupçonné d'avoir eu plusieurs échanges avec l'assaillant.

Trois hommes de la même famille, âgés de 23 à 45 ans, qui l'hébergeaient, sont aussi en garde à vue depuis mardi.

L'enquête a pu déterminer que l'assaillant, qui avait quitté mi-septembre la ville de Sfax (centre de la Tunisie), où il vivait avec sa famille, est arrivé à Nice le mardi 27 octobre, deux jours avant l'attaque.

Attentat de Nice

Tôt le matin des faits, il s'est rendu dans une salle de prière située à quelques centaines de mètres derrière la gare centrale de Nice. Il s'est ensuite dirigé vers la basilique Notre-Dame-de-l'Assomption, où il a égorgé une femme de 60 ans, Nadine Devillers, et le sacristain, Vincent Loquès, âgé de 55 ans.

Une mère de famille brésilienne de 44 ans, Simone Barreto Silva, poignardée à plusieurs reprises dans l'édifice, est décédée dans le restaurant situé à proximité où elle s'était réfugiée.

Au total, six personnes placées en garde à vue depuis le début de l'enquête ont été relâchées depuis.

Dossier:
Attaque à Notre-Dame de Nice (46)

Lire aussi:

À deux doigts de la mort: une nouvelle vidéo choc de violences policières publiée par Mediapart
Trump réagit à la fracture du pied de Biden
Un contrôleur de tram poignardé pour avoir demandé à des filles de porter un masque
Tags:
garde à vue, Nice, attentat
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook