Faits divers
URL courte
Par
1714130
S'abonner

Jugé par le tribunal de Nantes pour avoir percuté délibérément une handicapée, en février dernier, le conducteur a écopé d’une peine de neuf mois de prison avec sursis. Selon lui, il avait «du mal» à se contrôler car il était énervé au moment des faits.

Un jeune homme a écopé ce 2 novembre d’une peine de neuf mois de prison avec sursis probatoire après avoir percuté volontairement une handicapée pour une place de parking, rapporte Ouest-France.

L’incident s’est produit le 18 février, quand la femme a constaté que la place dédiée sur le parking était occupée. Pendant qu’elle écrivait un message sur le pare-brise de la voiture du prévenu afin de lui exprimer son mécontentement, ce dernier est descendu.

Au volant de son véhicule, l’homme a percuté délibérément cette femme handicapée qui s’était retrouvée sur le capot de la voiture, avant de chuter lourdement au sol, indique le quotidien en ajoutant que la victime avait reçu une quinzaine de points de suture à l’hôpital.

Le prévenu présente ses excuses

Jugé ce 2 octobre par le tribunal correctionnel de Nantes, le prévenu a présenté ses excuses et a déclaré avoir eu «du mal» à se contrôler car il était énervé au moment de l’incident.

Outre la peine de neuf mois de prison avec sursis, il devra verser la somme de 1.100 euros de provision à la partie civile. Son permis de conduire sera annulé, et il lui est interdit d’entrer en contact avec la victime ainsi que de paraître dans l’avenue de Tahiti, où les faits se sont déroulés.

Lire aussi:

L'armée américaine se préparerait à frapper l'Iran, selon un spécialiste israélien
Trump va-t-il bombarder l’Iran pour éviter un nouvel accord nucléaire avec Biden?
Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Un homme tabassé par trois policiers à Paris, qui ont de plus menti dans leur rapport – vidéo choc
Tags:
prison, handicapés, place de parking, Nantes, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook