Faits divers
URL courte
13312
S'abonner

Un message annonçant un attentat à Lyon a été partagé sur l’application Snapchat en janvier dernier. Le jeune à son origine vient d’être mis en examen à Montbéliard pour provocation à un acte de terrorisme. L'enquête a également montré qu'il avait regardé une vidéo de décapitation sur son ordinateur.

Un message annonçant un attentat à Lyon a été partagé sur l’application Snapchat en janvier dernier. Le jeune à son origine vient d’être mis en examen à Montbéliard pour provocation à un acte de terrorisme. L'enquête a également montré qu'il avait regardé une vidéo de décapitation sur son ordinateur. Un jeune habitant de Montbéliard (Doubs) a été interpellé le 4 novembre avant d’être mis en examen pour provocation à un acte de terrorisme. L’enquête dont il fait l’objet concerne une menace d'attentat à la gare de Lyon Part-Dieu (Rhône) diffusée en janvier dernier, relate France Bleu.

L’affaire remonte au 4 janvier 2020, lorsqu’un message a été diffusé sur Snapchat. L’auteur promettait d’«ouvrir le feu sur la foule avec une arme de guerre». Un gendarme a repéré le message et un dispositif de sécurisation a été déployé sur place. Par chance, rien n’a eu lieu ce jour-là.

Le mis en cause de 17 ans, qui pratique l'athlétisme, a reconnu être à l’origine du message, assurant qu’une autre personne se trouvait alors avec lui sans pour autant donner d’explication sur ses motivations, précise L’Est Républicain.

Images de décapitation

L’examen de son ordinateur a permis de constater qu’il avait regardé une vidéo de décapitation. Il a affirmé l’avoir fait «par curiosité». «Je n'ai jamais eu l'intention de commettre un attentat», a-t-il déclaré lors de sa garde à vue.

Après son message du 4 janvier, l’adolescent avait reçu de nombreux appels et SMS en provenance notamment d'Algérie, du Maroc, des Philippines, de Cuba, des Pays-Bas et du Mali.

Des investigations complémentaires ont été demandées, précise France Bleu. Un examen plus approfondi du matériel informatique saisi à son domicile devra être mené. Une information judiciaire a été ouverte.

Il ne serait pas dangereux

Le jeune homme a été placé sous contrôle judiciaire et devra toutes les semaines se rendre au commissariat. La procureur a cependant ajouté qu’«aucun élément de dangerosité n’a été relevé», note L’Est Républicain. Elle a évoqué davantage «l’inconscience» d’un adolescent.

La «provocation directe à des actes de terrorisme commis en utilisant un service de communication au public en ligne» est passible d'une peine pouvant aller jusqu'à sept ans de prison et 100.000 euros d'amende.

Lire aussi:

Cinq morts, dont un enfant, et des blessés en Allemagne où une voiture a foncé sur des piétons - images
Ces armes russes qui font de l’Algérie une puissance militaire régionale
Cette photo prise dans une unité Covid-19 devient virale
Macron indique à quelle période aura lieu la première campagne de vaccination en France
Tags:
terrorisme, Snapchat, Montbéliard
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook