Faits divers
URL courte
Par
11321
S'abonner

Quatre membres présumés d’un réseau de trafiquants de drogue ont été interpellés fin octobre dernier. Un kilogramme de cocaïne a été saisi sur une jeune femme à l’aéroport d’Orly. La «mule» en provenance de Guyane a été arrêtée.

Une passeuse de drogue de 18 ans, originaire de Guyane, a été interpellée le 25 octobre à son arrivée à Orly par la brigade des stupéfiants de la sûreté départementale du Loiret qui menait l’enquête depuis le mois de juillet dernier, relate France Bleu.

Trois autres personnes, d’origine surinamaise, guyanaise et antillaise, ont été arrêtés dans la foulée en région orléanaise. Ces individus étaient suspectés d'organiser l'importation de drogue depuis le Surinam et via la Guyane pour la revendre dans la région. Le commanditaire présumé aurait recruté la jeune Guyanaise, résidant en métropole, pour se rendre au Surinam chercher de la cocaïne et la transporter en France, estiment les enquêteurs.

90.000 euros le lot

Lors de son interpellation à l'aéroport d'Orly, cette femme «avait un peu plus d'un kilogramme de cocaïne qu'elle dissimulait dans ses sous-vêtements», a précisé le commissariat d'Orléans au journal La République du Centre.

Présentés à un juge d’instruction, les quatre membres présumés de ce trafic de cocaïne ont été mis en examen et placés en détention provisoire.

La valeur marchande du kilogramme de cocaïne saisi est d'environ 90.000 euros, le prix étant de 80 à 90 euros le gramme. «Mais, ce produit-là n'était pas coupé. S'il est coupé par d'autres produits, il peut en rapporter trois ou quatre fois plus...», a ajouté le commissariat d'Orléans cité par le quotidien.

Lire aussi:

Au moins deux morts et plus d'une dizaine de blessés en Allemagne où une voiture a heurté des piétons - images
Macron indique à quelle période aura lieu la première campagne de vaccination en France
Ces armes russes qui font de l’Algérie une puissance militaire régionale
Tags:
trafic de drogue, cocaïne, Orly (aéroport)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook