Faits divers
URL courte
Par
1614116
S'abonner

La police a arrêté le 11 novembre un homme armé d’un couteau à l’hôpital de Bégin, dans le Val-de-Marne. Selon La Dépêche du midi, il voulait s’en prendre à l’assaillant de Nice, qui avait tué trois personnes dans une église et qui avait été transféré le 6 novembre dans cet établissement médical.

Un homme armé d’un couteau a été interpellé le matin du 11 novembre à l’un des accès de l’hôpital Bégin, dans le Val de Marne, rapporte La Dépêche du midi.

Selon le quotidien, l’individu, avec une arme blanche trouvée dans ses poches, aurait affirmé vouloir «égorger» un patient «particulier».

Il s’est avéré que dans cet établissement de soins de l’armée française a été hospitalisé en fin de semaine dernière le Tunisien de 21 ans qui avait tué trois personnes dans la basilique Notre-Dame de l'Assomption, à Nice, le 29 octobre.

Désir de vengeance?

D’après le média, l’homme arrêté revendiquerait sa volonté de s’en prendre à Brahim A. Il a ainsi été placé en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire, à Paris.

Les forces de l’ordre tentent de déterminer les motivations exactes de l’individu.

Attentat de Nice

Le 29 octobre, trois personnes sont décédées lors d’une attaque au couteau dans la basilique Notre-Dame de Nice. L’auteur présumé, de nationalité tunisienne, a été neutralisé par la police lors de son interpellation et, grièvement blessé, il a été hospitalisé.

Le Tunisien a été également testé positif au Covid-19, selon Le Figaro. Il a été transféré le 6 novembre à Paris par avion et sous haute sécurité, a appris l’AFP de source proche du dossier.

Lire aussi:

Krach du bitcoin: le début de la fin pour la célèbre cryptomonnaie?
«Un jour normal à la Guillotière»: une bagarre à coups de truelle sur un marché sauvage de Lyon – vidéo
Un Mig-31 russe intercepte des avions de l'Otan au-dessus de la mer de Barents
«Déconstruire notre propre histoire»: Macron fait-il de la France un véritable «paillasson»?
Tags:
attaque au couteau, arme blanche, attaque, Nice, attentat, hôpital, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook