Faits divers
URL courte
Par
2210720
S'abonner

Alors que la France subit un reconfinement pour endiguer le Covid-19, un agent de police de 47 ans a organisé une petite fête et a fini par être placé en garde à vue après avoir pris à partie les gendarmes arrivés sur place pour stopper les festivités.

Un policier de 47 ans a organisé le 1er novembre une petite fête en plein reconfinement national dans la commune de Saint-Jean, au nord de Toulouse, rapporte le 11 novembre La Dépêche du midi.

Selon le quotidien, plusieurs habitants d'une résidence ont appelé les gendarmes pour signaler du «tapage». Les riverains ont ainsi été surpris de découvrir qu’ils étaient dérangés par les festivités d’un voisin en violation des règles du confinement.

Arrivés sur place, les militaires ont fait face à un homme, propriétaire des lieux, soupçonné d’être à l’origine de tout ce bruit et qui ne portait pas de masque de protection. Il leur a indiqué être policier, précise le média.

La situation a commencé à dégénérer quand l’individu a arraché le masque d’un des gendarmes à au moins deux reprises.

Les forces de l’ordre ont porté plainte, comme le précise La Dépêche du midi. Trois jours plus tard, l’organisateur de la fête s’est retrouvé en garde à vue face aux enquêteurs de la compagnie de Toulouse Saint-Michel.

D’autres agents de police présents à l’événement

D’après le média, le suspect aurait expliqué que certains de ses invités étaient aussi policiers.

Le quadragénaire a alors été déféré devant un procureur.

Le 4 mai, il devra se présenter à la barre du tribunal correctionnel pour «violence sur personne dépositaire de l’autorité publique». Des sanctions internes sont envisagées du côté de la police.

Lire aussi:

Bill Gates prédit l'apparition d'une nouvelle pandémie
Une frégate allemande arraisonne un navire turc faisant route vers la Libye - vidéo
Un camp de migrants s'installe dans le centre de Paris, la police intervient - vidéo
Tags:
gendarmes, fête, police, confinement, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook