Faits divers
URL courte
Par
3718
S'abonner

L'un des suspects relâchés dans le dossier du meurtre du chauffeur de bus de Bayonne a été interpellé le 11 novembre, rapporte France Bleu. Poursuivi pour violences aggravées sur une femme qui l’hébergeait, il nie les faits.

Interpellé suite au décès du chauffeur de bus de Bayonne, un homme mis en examen pour non-assistance à personne en danger et remis en liberté le 6 novembre a été de nouveau placé en détention provisoire ce jeudi 12 novembre, rapporte France Bleu.

Selon le média régional, l'homme âgé de 34 ans est cette fois poursuivi pour des suspicions de violences sur une femme qui l’hébergeait à Bayonne.

Cette dernière évoque une gifle et un coup de poing, l’individu conteste les faits. Son avocat maître Philippe Saladin explique à France Bleu que le suspect aurait passé le week-end à la rue, avant d'être hébergé par une femme, amie de l'une de ses connaissances. Cette femme n'a pas porté plainte.

Placé en détention provisoire ce jeudi 12 novembre, l’homme sera jugé en comparution immédiate le 16 novembre.

Agression pour un refus de porter un masque

Philippe Monguillot, chauffeur de bus de 58 ans, a été agressé le 5 juillet après avoir demandé à des passagers de porter un masque et de présenter leur titre de transport. Il est décédé cinq jours plus tard. Son passage à tabac a suscité une vague d’indignation.

Lire aussi:

L'armée américaine se préparerait à frapper l'Iran, selon un spécialiste israélien
Trump va-t-il bombarder l’Iran pour éviter un nouvel accord nucléaire avec Biden?
Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Tags:
agression, conducteur, Bayonne, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook