Faits divers
URL courte
Par
13830
S'abonner

Alors qu’une fillette de trois ans dormait dans son lit, elle a été blessée par un éclat de balle qui a traversé la fenêtre et s’est logé dans le nounours avec lequel elle a l’habitude de dormir. Cet événement a eu lieu à Marseille lors d’un règlement de comptes qui se passait dans la rue, relate Actu17.

Une balle tirée lors d’un règlement de comptes entre des malfaiteurs dans une rue de Marseille a traversé une fenêtre et blessé une fillette de trois ans qui dormait dans son lit dans un appartement situé au premier étage, relate Actu17.

Un homme a appelé la police suite à des coups de feu entendus dans la rue et a montré aux forces de l’ordre la blessure qu’une balle a causée à sa fille dans la nuit du vendredi 13 au samedi 14 novembre. Un éclat de balle s’est logé dans un nounours avec lequel l’enfant dormait. Très légèrement blessée, la petite a été transportée à l’hôpital.

D’après les premiers éléments de l’enquête, il n’était pas encore possible d’établir le calibre de l’arme utilisée. Entre-temps, une vingtaine de douilles de calibres 7,65 et 9 mm ont été découvertes par les enquêteurs en bas de l’immeuble où habite la fillette.

En outre, les soignants des urgences de l’hôpital Européen ont fait savoir à la police qu’un homme défavorablement connu des forces de l’ordre, blessé d’une balle dans le mollet, s’était présenté le jour même. Selon ses dires, il a été touché par une balle quand il se promenait avec ses amis sans, d’après lui, savoir par qui elle a été tirée.

La direction régionale de la police judiciaire de Marseille a été chargée de l’enquête.

Lire aussi:

Les caméras du domicile de Gérard Depardieu, mis en examen pour viols, montrent une rencontre avec une jeune actrice
Selon l’ONU, l’épidémie est un «prétexte» des États pour porter atteinte aux «droits humains»
Moscou propose à l’ambassade de France le vaccin Spoutnik V, la mission diplomatique réagit
Tags:
blessés, tirs, France, Marseille, enfants
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook