Faits divers
URL courte
Par
196634
S'abonner

Suite à un signalement, les forces de l’ordre sont intervenues à Gentilly (Val-de-Marne) afin d’arrêter un abattage illégal de moutons. Deux animaux ont été sauvés. Le propriétaire de la maison a été placé en garde à vue. Les autres personnes présentes ont été verbalisées pour non-respect des mesures de confinement.

La police et l’adjoint au maire de Gentilly (Val-de-Marne) se sont rendus le 15 novembre dans la rue Raymond Lefebvre après un signalement. Un mouton était en train d’être égorgé dans le jardin d’une maison et plusieurs personnes se trouvaient sur place, rapporte Actu 17.

​Couteaux, machettes, haches

L’animal a été tué. Mais les forces de l’ordre ont par la suite découvert deux autres moutons qui se trouvaient dans le camion du propriétaire de la maison.

Des ustensiles comme des couteaux, des machettes et des haches ont été également trouvés dans le jardin, détaille une source policière.

Départ pour un refuge normand

Les moutons ont été récupérés par les défenseurs des animaux de l'association Stéphane Lamart. Ils devront partir pour un refuge normand, où vivent quelque 300 animaux de ferme, selon Le Parisien.

«Ils [les deux moutons, ndlr] étaient terrorisés», affirme le président de l’association. «Ils [les protagonistes, ndlr] ont expliqué que c'était pour congeler de la viande en vue des fêtes de fin d'année», ajoute-t-il.

Un défenseur des animaux a porté plainte pour «sévices graves ou acte de cruauté envers un animal domestique apprivoisé ou captif».

Le propriétaire en garde à vue

Le propriétaire de la maison a été placé en garde à vue au commissariat du Kremlin-Bicêtre. Les autres personnes présentes sur place ont été verbalisées pour le non-respect des mesures de confinement.

Lire aussi:

Cinq morts, dont un enfant, et des blessés en Allemagne où une voiture a foncé sur des piétons - images
Ces armes russes qui font de l’Algérie une puissance militaire régionale
Cette photo prise dans une unité Covid-19 devient virale
Tags:
Val-de-Marne, police, égorgement, mouton, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook