Faits divers
URL courte
Par
399115
S'abonner

Un curé de Toulouse qui avait tenu une messe sans fidèles dans la légalité a été surpris de voir arriver des policiers sur délation d’un voisin anonyme.

Le curé de la cathédrale Saint-Étienne à Toulouse, l’abbé Simon d’Artigue, a été récemment dénoncé par un voisin délateur pour… avoir tenu une messe, relate Actu Toulouse.

Comme tous les jours, il est allé célébrer une messe, car, si les messes publiques sont interdites, celles qui se déroulent sans fidèles restent autorisées. Le 21 novembre, il était accompagné de trois étudiants. Comme ces derniers vivent au presbytère et partagent par conséquent son foyer au quotidien, la messe n’avait rien d’illégal.

Mais, alerté par le son, un voisin apparemment trop vigilant a appelé la police.

«Nous avons tenu la messe comme d’habitude sans problème. Mais, alors que j’étais parti, le sacristain m’a averti que deux policiers étaient venus à la cathédrale, suite à une dénonciation d’un voisin. Il avait entendu le bruit de la messe, et s’est empressé de les prévenir», a raconté l’abbé qui s’est dit «très surpris» de la situation.

Une «ambiance un peu malsaine»

Ancien animateur de la pastorale des jeunes, Simon d’Artigue estime que celui qui a signalé la messe à la police «doit être très triste».

«Cela montre l'ambiance un peu malsaine dans laquelle on vit avec cette drôle d'époque. D'abord, je ne violais aucune loi, et en plus, même si je voyais mes voisins faire un repas, ça ne me viendrait pas à l'idée d'appeler la police. Je prie pour ce pauvre délateur zélé, qui doit vraiment être triste au fond de lui.»

Dans son bon droit, l’abbé se pose seulement des questions sur les motivations du délateur.

Lire aussi:

Macron: quand «votre famille parle l'arabe, c'est une chance pour la France»
L’hiver arrive: la France est-elle dans une situation «prérévolutionnaire»?
Caricatures de Mahomet: Daech «prépare des attentats en Europe à Noël», selon un ex-agent du MI6
Tags:
messe, cathédrale, Toulouse
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook