Faits divers
URL courte
Par
3238818
S'abonner

Une vingtaine d'individus frappant un adolescent à terre dans le centre-ville de Chartres ont pris la fuite le 25 novembre grâce à l’intervention d’un gendarme. Seul et en civil, il a sorti son brassard avant d’hurler «Gendarmerie nationale». Blessée, la victime a été prise en charge par le militaire avant l’arrivée des secours.

Un gendarme hors service a mis fin mercredi 25 novembre au passage à tabac d’un jeune par une vingtaine d’individus à Chartres, rapporte la gendarmerie d’Eure-et-Loir sur sa page Facebook.

Les faits se sont déroulés peu après midi en face du 35, rue de Châteaudun. Ce sont des hurlements qui ont attiré l’attention du gendarme qui a aperçu un attroupement de jeunes. Ceux-ci assénaient des coups de poings et de pieds à une personne à terre.

La déroute des agresseurs

Pour arrêter ce lynchage, le militaire en civil a décidé d’intervenir seul malgré le rapport de force. Sortant son brassard de gendarmerie, il a hurlé: «Gendarmerie nationale», ce qui a immédiatement mis en déroute le groupe d’agresseurs.

Le gendarme a réalisé les gestes de premiers secours au jeune garçon blessé et recroquevillé au sol en attendant l’arrivée des policiers et des sapeurs-pompiers. Arrivée sur les lieux, la mère de la victime a alors remercié chaleureusement l’action des forces de l’ordre.

Lire aussi:

Sous-marins: «trahison» pour le ministère des Armées, mais pas de «catastrophe industrielle» pour Le Maire
Sous-marins australiens: la Russie tourne la France en dérision en rappelant les Mistral
Macron évoque la possibilité de «lever le pass» dans certains territoires
Tags:
France, Eure-et-Loir, gendarmerie, agression
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook