Faits divers
URL courte
Par
15632
S'abonner

Un père de famille de Montpellier a réussi à neutraliser un cambrioleur alors que ce dernier et son complice étaient entrés dans sa villa. Le second malfaiteur est en fuite.

Un jeune de 17 ans a été neutralisé par un père de famille, victime d’un cambriolage en pleine nuit, rapporte le site Actu.fr.

Selon le média, une famille de Montpellier a été la cible de deux voleurs, lesquels ont été surpris en pleine action, dans la nuit du 25 au 26 novembre dans le secteur des hôpitaux de Saint-Eloi-Gui de Chauliac.

Comme le relate Actu.fr, bien qu’elle ait entendu des bruits pendant une dizaine de minutes dans la villa, une fille de 21 ans, restée au lit, a pensé qu’il s’agissait de ses parents en train de se restaurer au milieu de la nuit. Pourtant, la porte de sa chambre s’est soudain ouverte et deux silhouettes sont apparues.

La jeune femme s’est mise à hurler et a réveillé ses deux frère et sœur ainsi que ses parents. Selon le média, le père sorti en pyjama a aperçu deux individus prendre la fuite par la porte de la véranda qui avait été fracturée. Il s’est alors précipité derrière eux mais en a perdu un de vue. Il a cependant remarqué que l’autre avait pénétré dans une maison squattée depuis plusieurs jours.

Neutralisation à mains nues

L’homme a alors alerté les forces de l’ordre, mais après avoir vu un malfrat sortir, il l’a maîtrisé jusqu’à l’arrivée de la police de la Sécurité publique.

Le complice de l’individu neutralisé par le père de famille a disparu.

L’adolescent, placé en garde à vue, a refusé de donner ses empreintes et a nié toute implication dans le délit.

Lire aussi:

«C'est de la…»: le chef sortant du Pentagone se lâche en parlant du chasseur F-35
François Bayrou amené à se justifier sur une photo de lui sans masque dans un aéroport apparue sur les réseaux
Un ado plongé dans le coma après avoir été tabassé par une bande qu’il assure ne pas connaître à Paris
Tags:
police, neutralisation, cambriolage, Montpellier, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook