Faits divers
URL courte
Par
485523
S'abonner

Séquestrée depuis septembre à Orléans au domicile familial où elle était régulièrement violentée, une jeune Algérienne de 22 ans a été secourue lundi soir par la police, a appris l’AFP mercredi auprès de cette dernière.

La jeune femme était arrivée en septembre d'Algérie pour rejoindre son époux du même âge. Elle était depuis cette date violentée et séquestrée dans un appartement où vivait également son beau-père. Elle n'en sortait qu'une fois par semaine avec son mari pour aller faire des courses, a-t-on indiqué de même source.

Dimanche soir, la jeune femme était à nouveau frappée. Un coup de poing lui cassait le nez et elle perdait connaissance après que son mari l'eut étranglée.

Dans un premier temps, l'un des deux hommes présents appelait les urgences, avant d'annuler quelques instants plus tard par crainte d'une visite de la police, selon cette dernière. Finalement, lundi soir, la jeune femme, ne maîtrisant pas le français, ne sachant comment contacter les secours et ne connaissant pas son adresse, a réussi à appeler des proches. Des agents de la BAC ont pu intervenir après avoir géolocalisé l'appel téléphonique, selon la source policière.

Hospitalisation et garde à vue

La victime a été conduite à l'hôpital où lui a été délivrée une ITT de cinq jours, tandis que le mari et le beau-père ont été placés en garde à vue. Mardi matin, le frère du mari, âgé de 19 ans et logeant à l'extérieur de l'appartement, était lui aussi interpellé et placé en garde à vue.
Tous de nationalité algérienne, les trois hommes devaient être déférés au tribunal mercredi dans l'après-midi.

Lire aussi:

L'armée russe ouvre le feu pour stopper un destroyer britannique qui a violé sa frontière en mer Noire
«Syndrome de l’escargot»: ces Français qui préféreraient rester confinés
Israël, Royaume-Uni: les vaccins inefficaces face au variant Delta?
Moscou dévoile les images du survol du HMS Defender par un avion militaire russe - vidéo
Tags:
garde à vue, violations, Algériens, Algérie, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook