Faits divers
URL courte
Par
19780
S'abonner

Depuis neuf ans, deux couples de voisins de la commune de Grignols, en Dordogne, sont en conflit. Une mare abritant des grenouilles jugées trop bruyantes, qui empêchent les plaignants de dormir, est en cause. Les propriétaires du plan d’eau sont ainsi contraints de le combler sur décision du juge de l’exécution.

Un couple doit vider sa mare dans la commune de Grignols en Dordogne après une injonction de la justice, car les grenouilles du plan d’eau sont jugées trop bruyantes par les voisins, rapporte Franceinfo.

Selon le média, ces époux sont en conflit depuis neuf ans avec un couple de voisins concernant cette mare de 300 mètres carrés dans laquelle des grenouilles coassent une partie de la nuit.

Les voisins estiment que le bruit causé par les amphibiens les empêche de dormir. Après des années de procédure, la cour d’appel de Bordeaux a tranché en 2019 contre les batraciens, malgré le statut protégé des grenouilles.

En outre, le 3 décembre, le juge de l’exécution a imposé aux propriétaires de la mare de la combler d’ici 90 jours.

Un «dernier espoir»

«Je vide tout et dès que la mare est sèche, on appellera Cistude [une association de protection de la nature, ndlr], pour essayer de récupérer les amphibiens que la loi protège», a dit le propriétaire du plan d’eau en cause, cité par Franceinfo.

D’après le média, l’astreinte financière et les frais de justice ont dépassé les 10.000 euros pour le couple. Pourtant, cette famille attend la décision de la Cour de cassation qui a été saisie et doit rendre sa décision sur cette affaire fin janvier.

Lire aussi:

Plus de 100 caddies abandonnés: les clients «livrés à eux-mêmes», le 1er mai tourne au fiasco – images
Pour faire adopter le pass sanitaire, «le gouvernement mène une guerre d’usure aux Français»
«Il me faut beaucoup plus que ça»: cet ancien ministre «n’arrive pas à vivre» avec près de 4.000 euros de retraite
Tags:
juges, bruit, conflit, grenouilles, Dordogne, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook