Faits divers
URL courte
Par
3164
S'abonner

Des surveillants pénitentiaires de la prison de Liancourt sont rassemblés depuis plusieurs jours pour bloquer l’accès à l’établissement en réponse à la récente agression d’une collègue devant son domicile. Ils demandent des changements pour se protéger, relate Actu Oise. Les gendarmes ont tenté de les en déloger sans y parvenir ce 14 décembre.

Un rassemblement de plusieurs dizaines de surveillants pénitentiaires mobilisés devant la prison de Liancourt a cours depuis vendredi et a été marqué par des tensions avec les forces de l’ordre ce lundi 14 décembre, rapporte Actu Oise.

Ils ont répondu à l’appel de syndicats lancé suite à la violente agression d’une surveillante devant son domicile le 10 décembre. L’agression a suscité un grand émoi parmi ses collègues. Une cinquantaine d’employés se sont rassemblés dès vendredi 11 décembre au matin devant le centre pénitentiaire qui reste bloqué depuis.

Ce lundi 14 décembre, les gendarmes ont tenté de débloquer la prison par la force. Toutefois, après quelques affrontements avec les surveillants pénitentiaires, les militaires se sont retirés.

Demandes exigées

Les surveillants dénoncent «le laxisme de la direction», lui demandant une plus grande fermeté.

En particulier, les manifestants demandent une «fouille sectorielle», évoquant surtout le bâtiment A, précise le média.

Agression contre une surveillante

Une surveillante gradée du centre pénitentiaire de Liancourt dans l’Oise a été violemment agressée le 10 décembre devant son domicile. Elle aurait été aspergée d’un liquide, puis aurait reçu plusieurs coups de poing et un autre de barre de fer au niveau du crâne. La femme de 35 ans a été hospitalisée avec des «plaies importantes» au visage principalement, mais aussi au genou et au crâne. Un rassemblement spontané a eu lieu le 11 décembre devant la prison.

Lire aussi:

Lalanne risque cinq ans de prison pour son appel à l’armée visant à destituer Macron
Il braque un bar-tabac dans l'Oise puis entame une carrière de gendarme en Turquie
«Le jour de son agression, Yuriy avait un tournevis dans sa poche», selon BFM TV
«Scandalisé» par Génération identitaire, Darmanin met à l'étude sa dissolution
Tags:
protestations, Oise, manifestation, prison
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook