Faits divers
URL courte
Par
29881
S'abonner

Un automobiliste a traité sur une page Facebook de «pingouins», de «volaille du rond-point» et de «nouvelle déco de Noël» des gendarmes faisant un contrôle routier dans la Loire. Il devra comparaître devant le tribunal correctionnel afin d’être jugé pour ses propos «outrageants», précise la gendarmerie du département.

Après avoir insulté les gendarmes faisant un contrôle routier sur une page Facebook, un homme sera jugé pour outrage, rapporte la gendarmerie de la Loire dans un communiqué.

Revenus à la brigade après un contrôle de vitesse effectué dans la commune de Vougy fin novembre, des gendarmes ont découvert le message sur la page Facebook «Info contrôle routier 42». L’homme y signalait leur présence en les traitant de «deux pingouins sur le rond-point».

En étudiant son profil et les commentaires ayant suivi cette publication, les militaires sont arrivés à l’identifier. En effet, il avait déclaré avoir été arrêté pour remplir une attestation. La procédure lui a permis d’apprécier «la nouvelle déco de Noël» du rond-point.

Enfin, il évoque «la volaille à l’ombre du rond-point» dans des publications antérieurs du même groupe.

Il sera jugé

Le conducteur a été convoqué à la gendarmerie. Bien qu’il ait reconnu les faits, il n’a pas pour autant accepté que ses propos soient outrageants. Selon lui, «il n’y a pas mort d’homme à mettre ces propos sur Internet», précise la gendarmerie. Il devra se présenter devant le tribunal correctionnel de Roanne le 22 mars 2021.

En évoquant la liberté d’expression «immense» offerte par les réseaux sociaux, la gendarmerie a mis en garde contre «les propos outrageants ou diffamants» qui «seront toujours relevés et poursuivis».

Lire aussi:

Le MoDem lâche LREM, l'Assemblée rejette le pass sanitaire
«Un gentil garçon»: la mère du tueur présumé du policier à Avignon s’en prend aux autorités
Covid et accident de laboratoire, ces «complotistes» qui avaient vu juste
Tags:
insulte, contrôle, Facebook, Loire, gendarmerie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook