Faits divers
URL courte
Par
11232
S'abonner

Un homme est accusé d’avoir agressé sexuellement en Seine-et-Marne une patiente septuagénaire endormie à l’hôpital. Placé en détention provisoire, il souffre de graves troubles du comportement et sera jugé le 15 janvier.

Un jeune homme de 28 ans a comparu, le 17 décembre, devant le tribunal correctionnel de Meaux (Seine-et-Marne). Déjà condamné à 19 reprises, il devait être jugé en comparution immédiate pour une agression sexuelle sur personne vulnérable. Le tribunal l'a placé en détention provisoire suivant les réquisitions du parquet. Son procès a été renvoyé au 15 janvier 2021, relate Le Parisien.

Il sera jugé pour avoir fait des attouchements sur une patiente d’un hôpital de Meaux âgée de 78 ans, dans la nuit du 11 au 12 décembre, alors qu’elle dormait. En lui caressant les fesses il l'a réveillée.

Des troubles du comportement

Le mis en cause a été identifié et interpellé le 15 décembre. Les enquêteurs ont dressé un parallèle avec des agressions similaires signalées en 2016 dans ce même hôpital. L’homme, qui avait pour cette raison interdiction d’entrer dans le bâtiment, comparaîtra donc pour récidive.

Il est placé sous curatelle renforcée et un expert psychiatre a constaté chez lui une altération du discernement.

Orphelin, il a en effet passé son enfance entre familles d'accueil et foyers et souffre de graves troubles du comportement. En raison de sa santé psychique dégradée, il a déjà été maintes fois hospitalisé en psychiatrie. Il se fait injecter des neuroleptiques une fois par mois, précise le quotidien.

Lire aussi:

Décès de patients, statistiques troublantes et pressions: faut-il s’inquiéter du vaccin de Pfizer?
«Détruire le pays pour une maladie avec une mortalité aussi faible relève du pétage de plombs» - vidéo
Ce lapsus de Marion Maréchal sur ses ambitions présidentielles – vidéo
«Incroyable» scène de tirs «dans tous les sens» au sein d’une cité de Carpentras
Tags:
hôpital, agressions sexuelles, Seine-et-Marne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook