Faits divers
URL courte
Par
10354
S'abonner

La permanence du député La République en marche (LREM) Jean-François Eliaou a été prise pour cible vendredi 18 décembre. Jugeant ces méthodes intolérables en démocratie, le député a porté plainte.

Vendredi 18 décembre, Jean-François Eliaou, député LREM de l'Hérault, a annoncé dans un communiqué que sa permanence parlementaire située sur la commune de Gignac avait été vandalisée.

«Menaces sur ma personne, et par conséquent sur mon équipe, fracturation de la serrure, intimidation. En démocratie, ces méthodes sont intolérables», s'indigne le député.

Une plainte déposée dès la première heure

L’élu, dont les prises de position et les travaux parlementaires sont publics et qui dit ne jamais refuser le dialogue, considère que la «liberté d’expression n’autorise en aucun cas la violence et la menace, a fortiori anonyme».

«Je ne tolère pas le vandalisme et la mise en danger de mon équipe et de notre voisinage», conclut le député qui a porté plainte le matin à la première heure.

Sur la porte d'entrée de son local, des affiches ont été collées. Sur l'une d'entre elles, apparaît le message «députés en résidence surveillée».

La permanence de l'élu avait déjà été prise pour cible à Gignac en octobre 2019 et en janvier 2020.

Lire aussi:

«Incroyable» scène de tirs «dans tous les sens» au sein d’une cité de Carpentras
Une femme soupçonnée d'avoir voulu vendre aux Russes l'ordinateur de Nancy Pelosi
Une mosquée du Val-d’Oise fermée pour radicalisme, le maire «dénonce l’incompétence du gouvernement»
Tags:
vandalisme, La République en Marche! (LREM), Hérault
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook