Faits divers
URL courte
Par
20443
S'abonner

Une femme de 32 ans a été tuée à coups de couteau par son mari, à Saint-Étienne, devant leur fillette de deux ans. L’homme a ensuite lui-même appelé les secours, relate Le Progrès.

Un homme de 33 ans a poignardé sa conjointe de 32 ans à leur domicile rue Rabelais, dans l’hypercentre de Saint-Étienne, annonce ce lundi 28 décembre le quotidien régional Le Progrès.

«Ce père de famille, inconnu de la Justice, a appelé les pompiers vers 15h après avoir porté deux coups de couteau à son épouse de 32 ans qui est décédée, atteinte au cœur», a indiqué André Merle, procureur adjoint de la République de Saint-Étienne, dont les propos sont cités par Ouest France.

L’homme a appelé les pompiers qui n’ont pu que constater le décès de la jeune femme. Prévenue par les secours, la police a envoyé une dizaine de voitures sur les lieux, note Le Progrès.

Tentative de suicide?

L’homme, qui a des blessures au niveau du cou et du torse, a reçu des points de suture à l’hôpital Nord. Selon les médias, il aurait tenté de mettre fin à ses jours. Le Progrès précise que ses blessures se sont avérées superficielles.

Le meurtrier présumé a été jugé en mesure d’être placé en garde à vue au commissariat central de Saint-Étienne, a annoncé Ouest France en se référant au parquet.

Une fillette de 2 ans présente dans l’appartement

Le meurtre a eu lieu dimanche 27 décembre, vers 14h30, dans l’appartement du couple, situé à proximité du palais de Justice de Saint-Étienne.

La fillette du couple, âgée de deux ans, était présente au moment des faits. Selon Le Progrès, elle a été prise en charge par des membres de la famille.

«Aucun signe avant-coureur» du féminicide

Toujours d’après le quotidien régional, il s’agit d’un couple d’origine algérienne, bien inséré socialement, qui menait une vie rangée avec leur petite fille. La jeune femme n’avait déposé aucune plainte pour violences conjugales et l’homme n’a pas d’antécédents judiciaires.

«Il n’y a eu aucun signe avant-coureur», d’après une source proche de l’enquête citée par Le Progrès.

L’enquête a été confiée au pôle criminel de la Direction départementale de la sécurité publique (DSPP) de la Loire.

L’homme devra répondre aux questions des enquêteurs ce lundi 28 décembre, détaille France 3. Pour l’heure, il est resté muet quant à son geste.

Lire aussi:

Le licenciement «secret» de Jérôme Salomon de l’Institut Pasteur en 2012 refait surface
Assaut du Capitole: «Donald Trump et ses supporters sont tombés dans un piège»
Israël intensifie ses bombardements en Syrie, Joe Biden visé?
Tags:
féminicide, arme blanche, Saint-Etienne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook