Faits divers
URL courte
Par
192111
S'abonner

Trois hommes de 17, 28 et 33 ans ont agressé une femme handicapée en pénétrant de force dans son domicile à Toulouse. La BAC les a interpellés peu après leur intrusion dans un autre logement.

Une femme handicapée âgée de 70 ans a été agressée à son domicile à Toulouse (Haute-Garonne) le 9 janvier par trois hommes qui se sont introduits chez elle pour la dépouiller, relate Actu Toulouse.

Les délinquants, dont un avait un couteau, ont forcé une porte-fenêtre alors que la vieille dame se trouvait encore au lit. Menaçant la victime, ils ont fouillé le logement et se sont emparés de bijoux, mais la septuagénaire a réussi à déclencher son alarme de télésurveillance et la voix de l’opératrice a provoqué la fuite des agresseurs.

Ces derniers ne sont pas pourtant allés très loin: ils se sont introduits par effraction dans un autre appartement situé dans le même quartier Bellefontaine. Il n’y avait personne à l’intérieur mais les policiers de la Brigade anticriminalité (BAC), alertés, ont rapidement interpellé les trois malfaiteurs la main dans le sac.

Deux et cinq ans de prison

Âgés de 17, 28 et 33 ans et tous connus des services de police, les trois hommes ont été déférés au parquet. Selon Le Figaro qui cite le procureur de la République, les deux majeurs ont été jugés dans le cadre d’une comparution immédiate. Le premier a écopé d’une peine de deux ans de prison et cinq ans d’interdiction de territoire français, tandis que le second a été jugé en état de récidive légale et a écopé de cinq ans d’emprisonnement.

Le troisième complice a quant à lui été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire par le juge des enfants de Toulouse. Il sera jugé ultérieurement.

Lire aussi:

«J’ai fait une bêtise mais elle n’a pas souffert»: l’ex-compagnon de la femme tuée à Alençon se livre
Alexeï Navalny interpellé à son retour en Russie
Un mort et plusieurs blessés après une fusillade dans l’Arizona
Tags:
Brigade anti-criminalité (BAC), France, Toulouse
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook