Faits divers
URL courte
Par
23214
S'abonner

Une quadragénaire souffrant de troubles psychologiques a tué un homme qui l’aurait menacée à son domicile en Seine-et-Marne, a empaqueté le cadavre dans un carton de déménagement et l’a expédié. C’est son frère ébahi qui l’a découvert.

Un habitant de Mée-sur-Seine (Seine-et-Marne) a été abasourdi par la découverte macabre qui l’attendait dans un carton de déménagement qu’il a ouvert à son domicile: le corps entier d'un homme, soigneusement empaqueté, relate Le Parisien.

Le colis avait été expédié par sa sœur, qui se trouvait également dans la pièce lors de son ouverture, selon une source proche du dossier. La femme de 41 ans a rapidement avoué avoir tué cet homme de 36 ans, le 22 janvier.

La future victime était alors venue lui rendre visite au Pré-Saint-Gervais. Le visiteur, qui semble l'avoir importunée pendant un certain temps, aurait tenté de lui extorquer de l'argent en profitant de sa vulnérabilité, la femme souffrant de sérieux troubles psychologiques.

Un colis macabre

Après avoir reçu de multiples menaces, la quadragénaire avait déjà déposé plainte contre lui, précise la même source. De nouvelles menaces ont été proférées le 22 janvier, lorsque l'homme est venu la voir dans son appartement, encombré de cartons. Il aurait tenté d'étrangler la résidente.

Effrayée, elle l’a frappé avec une bombe de gaz lacrymogène. La victime est alors tombée raide morte, a-t-elle expliqué à la police. Les résultats de l'autopsie sont encore inconnus.

Pour se débarrasser du cadavre, elle a décidé de l'enfermer dans l'un de ses cartons, qu'elle a fait expédier vers un autre logement.
Elle a reconnu les faits et a été placée en garde à vue.

Lire aussi:

Une jeune femme violée dans le métro parisien, son agresseur déjà arrêté 11 fois pour des infractions sexuelles
«Ça ne suffit pas»: les autorités exhortent les soignants à se faire vacciner «très rapidement»
Scènes de violences urbaines à Lyon entre la police et des habitants d'un quartier – vidéos
Tags:
meurtre, Seine-et-Marne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook