Faits divers
URL courte
Par
10552
S'abonner

La police a effectué une intervention pour mettre fin à une fête clandestine à Paris et y a découvert le fils du chef d’État libérien dans un état d’ivresse. Ce dernier a présenté aux fonctionnaires un passeport diplomatique pour faire jouer son immunité.

Le fils du Président du Liberia a été interpellé dans la nuit du 1er au 2 février alors qu’il se trouvait avec sept autres personnes dans un appartement loué sur Airbnb, rapporte Le Parisien.

Le quotidien indique que les forces de l’ordre sont intervenues pour tapage nocturne dans ce logement situé dans un immeuble cossu de Paris, avenue du Président-Wilson, dans le quartier Alma-Marceau.

Les policiers ont alors découvert huit fêtards, parmi lesquels George Weah junior, 33 ans. Tous ont été verbalisés pour «non-respect des mesures en vigueur liées au contexte sanitaire».

Une éventuelle immunité diplomatique?

Une source policière, citée par le média, précise que lors de l’intervention le fils du Président libérien, «très alcoolisé», a pris à partie les fonctionnaires et a exhibé un passeport diplomatique.

Il a alors été interpellé pour outrage et rébellion et convoqué au commissariat pour vérifier s’il bénéficiait bien d’une immunité.

Une enquête a été ouverte.

Il devra se présenter devant la justice le 4 février.

D’après le quotidien, son immunité a été confirmée mais les services de l’ambassade du Liberia «regrettent de ne pas avoir été prévenus par le quai d’Orsay cette nuit» des faits.

«Tout va bien, insiste l'ambassade auprès du média. Il a été libéré. C'était juste une sorte de petit tapage nocturne. C'est un jeune de 33 ans qui a fait la fête».

Lire aussi:

Un centre culturel turc des Vosges abritait une colonie de vacances clandestine
Déchéance de la nationalité pour les Algériens auteurs de graves préjudices aux intérêts de l’État
Refus de la laïcité chez les jeunes Français: jusque dans les salles de classe, le modèle américain s’impose
Tags:
immunité, président, intervention, fête, police, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook