Faits divers
URL courte
Par
7330
S'abonner

Une femme venue déposer plainte pour violences familiales à Rouen a été contrainte d’en porter une autre à l’encontre d’un brigadier qui lui demandait de lui envoyer une photo de ses seins.

L’Inspection générale de la police nationale (IGPN) a été saisie de l’affaire d’un policier de Rouen qui avait demandé à une plaignante de lui envoyer une photo de sa poitrine, rapporte 76actu.

Les faits remontent à octobre 2020, lorsqu’une femme est venue déposer plainte pour violences familiales au bureau de police Beauvoisine, boulevard de l’Yser. Le brigadier, qui a recueilli la plainte, a plus tard demandé à la plaignante, dans un SMS, si elle accepterait de lui envoyer une photo de ses seins.

La femme a alors déposé une nouvelle plainte, cette fois à l’encontre du brigadier. Le parquet de Rouen a rapidement confié l’enquête à l’IGPN et le matériel informatique de l’agent a été saisi.

Il se dit être bénévole aux Rubans roses

Or, le fonctionnaire en question se défend en indiquant qu’il était bénévole pour l’association les Rubans roses, qui lutte contre le cancer du sein, relate 76actu.

L’homme a ainsi expliqué qu’il devait réaliser plusieurs affiches montrant la poitrine de femmes dans le cadre de l’opération Octobre rose. Pourtant, cette version ne semble pas convaincre les enquêteurs, d’autant qu’il y aurait d’autres victimes de ce brigadier lorsqu’il était en service à Caen, dans le Calvados.

Lire aussi:

Carla Bruni réagit à la condamnation de Nicolas Sarkozy
Reconnu coupable de corruption, Sarkozy écope de trois ans de prison, dont un ferme
Le Kremlin répond à Biden sur l’«annexion de la Crimée»
Tags:
Inspection générale de la police nationale (IGPN), police, France, Rouen
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook