Faits divers
URL courte
Par
3910388
S'abonner

Ce matin, des personnes se sont rassemblées devant la maison squattée à Toulouse. Certaines soutenaient le propriétaire, les autres défendaient les occupants illégaux.

Deux rassemblements ont eu lieu ce matin, mardi 9 février, à Toulouse près de la maison d’un octogénaire où des squatteurs se sont installés en son absence, rapporte la Dépêche du Midi.

Une page appelant à aider la victime a été créé sur Facebook. Certains abonnés s’y sont rendus physiquement.

Le média précise qu’une dizaine de personnes se trouvaient devant la maison de l’homme qui a vu son domicile être occupé illégalement par plusieurs individus qui ont changé les serrures pendant son absence.

Cependant, le quotidien indique qu’une quinzaine de personnes, dont certaines encagoulées, sont arrivées sur place pour apporter leur soutien aux squatteurs.

Elles ont même apposé une banderole «Solidarité avec les squatteurs» sur le portail de la maison.

Le média relate que quelques invectives ont été lancées entre les deux groupes. Les forces de l’ordre ont dû intervenir.

Un «envahissement» illégal

Les squatteurs occupent la maison de l’octogénaire depuis septembre 2020. Le propriétaire faisait des aller-retour entre sa propriété et un appartement loué qui lui permettait d’être près de sa femme hébergée dans un Ehpad.

Il souhaitait vendre sa maison pour pouvoir rejoindre son épouse.

Une plainte a été déposée par l’octogénaire et sa fille, mais la police n’a rien pu faire, «puisque les intrus occupaient les lieux depuis plus de 48 heures». En outre, le tribunal a expliqué que l’expulsion des individus n’est pas possible «jusqu’au mois d’avril à cause de la trêve hivernale».

Lire aussi:

Le gouvernement fait revoter les députés en pleine nuit pour imposer le pass sanitaire à l’hôpital
Le parlement français adopte définitivement le projet de loi contre le séparatisme
L'efficacité du vaccin de Pfizer est tombée à 39% face au variant Delta, constate Israël
Tags:
police, défense, maison, tensions, Toulouse, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook