Faits divers
URL courte
Par
13237
S'abonner

Soupçonné d’avoir tué son fils à coups de couteau et caché son cadavre pendant plus d’un an chez lui, un Algérien habitant à Neuilly-sur-Seine comparaît ce 10 février devant la cour d’assises.

C’est une affaire qui date de cinq ans, mais dont le procès judiciaire s’ouvre ce mercredi 10 février. Un Algérien âgé de 69 ans soupçonné du meurtre de son fils doit comparaître devant la cour d’assises des Hauts-de-Seine, relate Le Parisien.

Le 6 juin 2017, la police, accompagnée d’un huissier et d’un serrurier, s’était présentée à l’appartement de cet Algérien à Neuilly-sur-Seine. Une fois entrée, elle avait découvert son occupant dans un état critique. Il venait de se poignarder.

L’odeur dans l’appartement était insoutenable. Les forces de l’ordre avaient alors trouvé un corps caché dans un tapis, en décomposition très avancée, précise le quotidien.

Thèse accidentelle peu crédible

Une fois rétabli, l’Algérien avait expliqué qu’il n’avait pas tué son fils et que ce dernier était lui-même tombé sur un couteau en sautant sur son lit. Les faits s’étaient déroulés avant les vacances scolaires, en décembre 2015. Le père avait affirmé qu’ils s’étaient disputés car l’adolescent ne voulait pas passer Noël en Algérie.

Le quotidien précise que la thèse accidentelle semble peu crédible. Pourtant, le sexagénaire a assuré que le décès de son fils avait provoqué un état de «sidération» chez lui, c’est pourquoi il n’avait pas appelé les secours et avait laissé le corps se décomposer pendant les 18 mois.

Lire aussi:

Décès d'Olivier Dassault dans le crash de son hélicoptère
Attaque au couteau en pleine journée en Corse, plusieurs blessés
Plusieurs explosions en Guinée équatoriale font des centaines de blessés et de nombreux morts – images
La SNCF appelle la police pour neutraliser une bande de jeunes agressant les passagers d’un RER
Tags:
Algériens, père, cadavres, Hauts-de-Seine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook