Faits divers
URL courte
Par
10552
S'abonner

Un lanceur d’alerte juriste et amateur d’art a pu prévenir la vente aux enchères de plusieurs objets nazis, dont des casques et des dagues, qui devait avoir lieu à Lyon.

Une vente aux enchères d’objets ayant appartenu à des nazis devait être organisée le 16 février prochain à Lyon. Les lots en question ont finalement été retirés, rapporte Le Progrès.

Parmi les objets proposés figuraient notamment des casques de la Luftwaffe, un insigne de la police de Vichy, un masque à gaz allemand, trois fascicules de chants allemands période Seconde Guerre mondiale et une dague marquée d’un emblème nazi, le tout en bon état.

Selon Le Point, qui avait révélé l’information la veille, c’est un lanceur d'alertes juriste et amateur d’art qui a prévenu le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF). Ce dernier a pour sa part saisi le parquet de Lyon pour faire annuler la vente.

«Près de 150 ventes de ce type» chaque année

Contacté par Le Point, le spécialiste a expliqué que «près de 150 ventes aux enchères de ce type» avaient lieu chaque année.

«La justice, contrairement à la presse, est peu réactive alors que la loi réprime l’exhibition d’objets nazis, sauf exposition historique ou tournage de film, assimilée à de l'apologie. Demain, ils pourront vendre un four crématoire sans que la justice ne s’en émeuve», déplore-t-il.

Lire aussi:

Un centre culturel turc des Vosges abritait une colonie de vacances clandestine
Le prototype Starship de SpaceX réussit son atterrissage, puis explose
Refus de la laïcité chez les jeunes Français: jusque dans les salles de classe, le modèle américain s’impose
Tags:
Seconde Guerre mondiale, Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), vente aux enchères, nazisme, France, Lyon
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook