Faits divers
URL courte
Par
4727
S'abonner

«À toi, Isabelle, joyeuse Saint-Valentin. Je t'aime». Le 14 février, Patrick Balkany a eu recours aux panneaux d'affichage de la ville dont il fut l’édile afin de manifester son amour à sa femme.

Dimanche 14 février, jour de la Saint-Valentin, l'ancien maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) Patrick Balkany a déclaré son amour à son épouse Isabelle en utilisant les panneaux d'affichage électroniques de la ville.

«À toi, Isabelle, joyeuse Saint-Valentin. Je t'aime», tel était le message observable en pleine rue.

Son épouse a réagi à ce signe d’affection en publiant une photo du panneau sur son compte Twitter.

«Merci, mon chéri, Patrick Balkany, de cette si jolie "déclaration" et merci au Levalloisien anonyme qui a fait en sorte que tu me la fasses électroniquement!!»

​Soupçons d'utilisation frauduleuse de locaux de Levallois-Perret

Le 9 février, l’ancien maire de Levallois-Perret âgé de 72 ans a été mis en examen pour «abus de biens sociaux», «prise illégale d'intérêts» et «détournements de fonds publics» dans l'enquête sur des soupçons d'utilisation frauduleuse de locaux appartenant à la ville de Levallois.

Fin mai, Patrick et Isabelle Balkany ont été condamnés en appel respectivement à cinq et quatre ans de prison ferme pour blanchiment de fraude fiscale, sans incarcération immédiate du fait de leur état de santé. Plus tôt, au mois de mars, ils avaient été condamnés en appel à trois ans de prison ferme pour fraude fiscale.

Lire aussi:

Netanyahou accuse l'Iran de l'attaque d'un navire israélien et promet de riposter
«Je passerai à l’acte, si elle meurt, elle meurt»: il écope de trois mois de prison pour cet appel passé à la police
«J’ai déjà fait barrage, cette fois c’est fini»: la Une de Libération sur le RN indigne la majorité
Les hommes blancs traités comme des «citoyens de seconde zone» dans le plan de relance de Biden, selon le New York Post
Tags:
Isabelle Balkany, amour, Patrick Balkany, Saint-Valentin, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook