Faits divers
URL courte
Par
3320
S'abonner

Après une publication erronée faisant état de son décès dans le quotidien local La Montagne, un habitant du Puy-de-Dôme âgé de 82 ans a passé toute la journée à répondre au téléphone et à appeler sa famille pour assurer qu’il était toujours vivant et en bonne santé.

En raison d’une erreur faite par les pompes funèbres, un avis d'obsèques est paru le 14 février concernant un habitant de 82 ans de Saint-Éloy-les-Mines, dans le Puy-de-Dôme, qui est en réalité bien vivant et en bonne santé, relate La Montagne.

L’octogénaire a appris lui-même ces nouvelles de son voisin qui s’est présenté devant la porte en espérant y voir un proche pour lui présenter ses condoléances. Toutefois, quand Maurice Saunier, annoncé mort, a ouvert la porte, la première question que son voisin lui a posé était s’il était bien réel, a relaté le concerné au journal local.

Maurice Saunier a confié qu’il avait passé le dimanche à appeler sa famille et à répondre au téléphone pour rassurer ses proches.

Il raconte qu’il n’a pourtant pas eu le temps de prévenir tout le monde et que certains se sont rendus chez lui depuis la Dordogne où ils habitent.

L’octogénaire se réjouit que grâce à cette erreur, il a pu revoir une partie de sa famille qu’il n’a pas vue depuis un moment.

D’où vient la faute?

Le lendemain, lundi 15 février, les pompes funèbres Vallaza, à l’origine du problème, ont présenté leurs plus sincères excuses à l’octogénaire, ainsi qu’à sa famille. Le propriétaire  a expliqué à La Montagne que Maurice Saunier était venu les voir pour préparer son contrat, suite à quoi un avis d'obsèques a été établi pour lui servir de devis. Néanmoins, il ne comprend pas comment cette erreur a pu se produire, conclut le média.

Lire aussi:

Décès d'Olivier Dassault dans le crash de son hélicoptère
Attaque au couteau en pleine journée en Corse, plusieurs blessés
Plusieurs explosions en Guinée équatoriale font des centaines de blessés et de nombreux morts – images
Tags:
insolite, France, cercueil, funérailles
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook