Faits divers
URL courte
Par
6275
S'abonner

Un quinquagénaire a remercié les policiers de la BAC du commissariat de La Baule pour l’avoir empêché de sauter d’un pont. Sa lettre a été publiée.

Un habitant de Pornichet a été rattrapé sur le parapet du pont de Saint-Nazaire, le 28 janvier dernier. Des policiers de la Brigade anti-criminalité (BAC) de La Baule, en Loire-Atlantique, l’ont ainsi empêché de mettre fin à ses jours. Dans une lettre en date du 1er février, qui a été partagée lundi sur Twitter par la Police nationale, l'homme de 50 ans les remercie de «lui avoir sauvé la vie».

​«Sous l'effet conjugué de l'alcool et de circonstances personnelles et professionnelles, j'allais commettre l'irréparable, sur le haut du pont de Saint-Nazaire», écrit-il.

Il regrette et dit merci

Il était 23h30 lorsqu’il se trouvait à cet endroit, à plus de 50 mètres du sol, prêt à sauter. Mais il a été repéré à temps par un équipage de la BAC, qui l’a rattrapé «avec courage et bravoure», selon lui.

«Je regrette mon geste et je leur dois la vie», avoue l’auteur qui salue «le professionnalisme et le sang-froid» des fonctionnaires.

«Sans eux, je ne vous écrirais pas cette lettre aujourd’hui. Ils m’ont sauvé la vie», conclut-il.

Lire aussi:

Nouvelle nuit de violences urbaines en banlieue lyonnaise, plus d’une dizaine de voitures incendiées – images
Risque de guerre civile: «La situation est bien plus grave que ce que les gens imaginent», selon Me de Montbrial
Les pilotes d'un Boeing 737 MAX arrêtent un moteur en plein vol
Tags:
Brigade anti-criminalité (BAC), suicide, Loire-Atlantique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook