Faits divers
URL courte
Par
6383
S'abonner

Des écogardes, de concert avec des bénévoles, ont lancé une opération de sauvegarde des crapauds sur l’île de Ré. Celle-ci vise à les aider à traverser la route pour gagner leurs sites de reproduction.

L’hibernation des pélobates cultripèdes, crapauds couleur sable et marbrés de brun, étant terminé, ils ont débuté leur migration vers leurs sites de reproduction sur l’Île de Ré. Or, pour les atteindre, il leur faut traverser une route.

Afin qu’ils ne soient pas écrasés pendant cette dangereuse traversée, une mission de sauvegarde de leur population, qui est de 500 dans cette zone, a été lancée depuis le 24 février par des écogardes avec la participation de bénévoles, relate France bleu.

Les amphibiens ont notamment besoin de quitter la forêt de Lizay pour se retrouver dans les marais d’eau douce, leur chemin passant par la route départementale 101.

Des filets et seaux-pièges installés

L’opération se déroule quotidiennement, week-end compris entre 4 et 7 heures, a précisé Sud Ouest.

Les crapauds sont bloqués à l’aide de 800 mètres de filet tendus, alors que 160 seaux-pièges sont installés tous les 15 mètres. Quand les amphibiens tombent dedans, ils s’enfouissent dans le sable, d’où ils sont récupérés.

Il est précisé que l’opération se poursuivra jusqu’au 2 avril. Les activistes projettent d’installer un crapaud-duc ensuite, lequel permettra aux amphibiens de parcourir ce périlleux chemin sans aucun danger.

Lire aussi:

Tous vaccinés contre tous confinés: «il existe une troisième alternative»
La Russie annonce répondre à un déploiement massif de troupes de l'Otan à sa frontière
«Toutes les personnes qui vont aller se faire vacciner sont des cobayes», lance une députée française
Tags:
écologie, amphibiens, animaux, crapauds
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook