Faits divers
URL courte
Par
910114
S'abonner

Une vieille arnaque basée sur les appels surtaxés a refait son apparition, touchant en particulier les retraités. Certains ont reçu des factures de plusieurs centaines d’euros.

Une habitante de Mers-les-Bains, dans la Somme, «ne dort plus depuis deux jours». En cause, sa dernière facture téléphonique de 200 euros. Elle a été victime de «ping call», indique L’informateur. Connue depuis plusieurs années, cette arnaque est revenue en force avec la crise sanitaire.

Début mars, la retraitée a reçu un appel d’une soi-disant opératrice d’Orange, lui demandant d’appeler un autre numéro «pour effectuer des essais sur la ligne». «Comme il y a des travaux en ce moment dans ma rue, je ne me suis pas méfiée», déclare la victime. Bien que son interlocutrice lui ait assuré le contraire, l’appel était largement surtaxé.

Appel du Cameroun

Durant la même période, un retraité de Saint-Gaudens (Haute-Garonne) s’est également fait avoir en revenant d’une agence Orange. Il a reçu rapidement un appel afin de détecter des virus sur sa ligne. «À peine deux heures après être passé à l’agence, ça ne pouvait être que le service après-vente», explique-t-il à La Dépêche du Midi, affirmant qu’il n’a «à aucun moment pensé à une arnaque».

Le lendemain matin, un véritable opérateur, cette fois, l’a informé qu’il devait payer 400 euros. Il avait en fait passé la veille un appel surtaxé au Cameroun pendant trois heures. Dans les deux cas, les retraités ont porté plainte, sans grand espoir d’être un jour indemnisés. 

Réponse d’Orange

Sandrine Levallois, attachée de presse chez Orange, affirme auprès de L’informateur que la société n’y est pour rien et demande aux clients de ne pas rappeler un numéro qui commence par 00. «Rappeler un tel numéro déclenche des appels hors forfait très coûteux», prévient-elle. L’application «Orange Téléphone» sert de «premier filtre» pour éviter de tomber dans le piège.

D’autres cas ont été rapportés ces derniers mois, au point que le ministère de l’Intérieur a réitéré ses appels à la vigilance face au «ping call» fin janvier. Les motifs invoqués sont multiples: gain d’une somme d’argent, service client ou plus récemment, rendez-vous de vaccination à domicile. Ces appels ne sonnent souvent qu’une seule fois, aucun message n’est laissé sur le répondeur.

En cas de suspicion, il convient de rapporter le numéro via la plateforme de signalement de la fédération française des Télécoms au 33 700, recommande le ministère.

Lire aussi:

Le pass sanitaire en cause? L’institut Pasteur améliore ses pronostics pour la quatrième vague
Licenciement en cas de non-vaccination? La droite dénonce «une volonté de revanche sur le dos des salariés»
Un mort et un autre en réanimation: en Occitanie, le vaccin Pfizer accusé de tuer «des jeunes en pleine forme»
Plus besoin d’autorisation parentale pour vacciner les ados de 16 ans: «Le gouvernement ouvre une boîte de Pandore»
Tags:
Orange, appel, retraité, arnaque, coups de téléphone
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook