Faits divers
URL courte
Par
1912144
S'abonner

Piétinée lors de la cohue provoquée par des robots de cuisine à prix cassé dans un Lidl du Pas-de-Calais, une femme a été transportée aux urgences, relate La Voix du Nord.

Dans le Pas-de-Calais, la promotion de robots de cuisine par Lidl ce 12 mars a tourné au chaos: passé la ruée, une femme a dû être prise en charge par les sapeurs-pompiers de Lens après avoir été piétinée par la foule à l’enseigne de Vendin-le-Vieil, rapporte La Voix du Nord.

Âgée d’une trentaine d’années, elle a ensuite été transportée aux urgences du centre hospitalier de la ville.

Dans un communiqué, cité par le quotidien régional, l’enseigne se désole de cet incident: «Nous regrettons la situation qui s’est produite dans ce supermarché et présentons nos sincères excuses à notre clientèle».

Des clients qui «se battent»

Ce vendredi 12 mars, des robots culinaires Monsieur Cuisine Connect ont été proposés dans de nombreux supermarchés de l’enseigne allemande à travers la France à prix cassé: 279 euros, au lieu des 359 euros habituels. Ce n’est donc pas une surprise si la promotion a suscité tant de frénésie chez la clientèle.

Ainsi, selon une responsable du supermarché de Noyon, dans l'Oise, interrogée par Le Parisien, il y avait la queue depuis 5h30.

Seuls 24 appareils étaient disponibles pour quelques 200 personnes intéressées dans l’Oise, fait savoir le quotidien. Alors, à en croire des témoignages, afin de se procurer le robot, certains clients ont dû «se battre».

«Quand je suis arrivé devant les palettes, il y en avait encore trois ou quatre. J'ai failli repartir avec un bras en moins, mais j'ai mon robot», a raconté l’un d’entre eux au Parisien.

Lire aussi:

Sous-marins: Canberra et Washington réagissent au rappel des ambassadeurs français
«Injectés ou éjectés?»: 10e acte de manifestations contre le pass sanitaire que Macron compte alléger - vidéo
Le canon Caesar toujours aussi performant: Prague proche d’en commander 52 unités
Tags:
promotion, foule, Pas-de-Calais
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook