Faits divers
URL courte
Par
278223
S'abonner

Après qu’une vidéo a été diffusée par le journal Rodéo Bordeaux, lequel a parlé d’«une jeune femme agressée» à Bordeaux par plusieurs individus, le parquet de la ville a indiqué auprès de 20 Minutes qu’il s’agissait en fait d’un homme, tout en confirmant qu’une attaque avait bien eu lieu.

Le média Rodéo Bordeaux a relayé le 19 mars une vidéo montrant une personne tabassée en plein jour à Bordeaux par un groupe d’hommes et a affirmé qu’il s’agissait d’«une jeune femme de nationalité anglaise». Les agresseurs auraient voulu lui voler son sac et son téléphone, selon la source. 

Pas une femme agressée

Le parquet de Bordeaux, contacté par 20 Minutes, a confirmé que les forces de l’ordre avaient fait état d’une agression survenue le 19 mars cours de la Marne.

Cependant, le quotidien a précisé que «la victime n’était pas une femme comme l’indique la vidéo, mais un homme».

Le média relate que celui-ci était un Britannique, «victime d’un vol crapuleux puisqu’on lui a dérobé un sac à dos et une enceinte».

Mais cela n’en est pas «moins grave pour autant», souligne 20 Minutes.

Le quotidien ajoute que la victime a été conduite quelques heures à l’hôpital Saint-André avant d’en ressortir.

Une enquête a été ouverte pour retrouver les coupables.

Une autre attaque dans la ville

Début février, un autre cas a été signalé à Bordeaux. Une bande de sept voyous avait blessé à l’arme blanche deux personnes dans la cité Chantecrit, au nord de la ville. La première des deux victimes avait été hospitalisée après avoir reçu plusieurs coups de couteau au thorax et à la cuisse. La seconde avait été touchée à la main.

Lire aussi:

Et si les vaccins étaient inutiles et inefficaces? La France face au péril du variant brésilien
Finkielkraut «bug» en plein direct sur CNews, n’ayant pas compris que l’émission avait commencé – vidéo
Tous vaccinés contre tous confinés: «il existe une troisième alternative»
Tags:
parquet, vol, attaque, Bordeaux, agression, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook