Faits divers
URL courte
Par
254694
S'abonner

Des policiers ont été pris pour cible le 24 mars par une cinquantaine de personnes lors de l’interpellation d’un motard dans un quartier niçois sensible. Celui-ci, à bord d’un scooter, s’est mis à hurler en ameutant le voisinage. Si deux fonctionnaires ont été blessés, il a finalement été arrêté.

Jeudi 24 mars, en soirée, une patrouille de la Brigade spécialisée de terrain (BST) était en train d’intercepter un homme circulant en scooter sans casque dans le quartier d’Ariane à Nice, rapporte le syndicat Alliance police nationale 06 sur son compte Facebook.

La situation a dégénéré quand le motard s’est mis à hurler pour ameuter le voisinage. C’est alors qu’une cinquantaine d’individus ont surgi et pris violemment à partie l’équipage, indique le syndicat. Les policiers ont notamment essuyé des jets de bouteilles avant que les agresseurs descellent des panneaux de signalisation pour mener une charge. Une partie d’entre eux a même poursuivi le véhicule de police pour tenter de libérer le motard interpellé.

Deux policiers présentent des blessures légères.

«Nous saluons le professionnalisme de nos collègues qui travaillent au quotidien dans ces secteurs difficiles, trop souvent au péril de leur vie», note le syndicat en attendant «une réponse pénale à la hauteur de leurs actes».

​Une vidéo montrant cette interpellation houleuse a été diffusée par Actu17.

30 policiers blessés par jour en 2019

Selon les chiffres obtenus par Le Figaro en octobre 2020, 36.043 actes de violence envers des dépositaires de l’autorité publique ont été enregistrés en 2019, soit presque une centaine par jour. De plus, les outrages ont augmenté de 5,3% en 2019 par rapport à l’année précédente pour atteindre les 28.558 cas. Pour la même période, 24.000 refus d’obtempérer ont été répertoriés.

Toujours en 2019, année marquée par les manifestations des Gilets jaunes, 11.217 policiers ont été blessés en mission, soit 30 par jour.

Lire aussi:

«Pas de ministres, pas d’hommes politiques»: Pierre-Jean Chalençon s’explique après sa garde à vue
«On n’a pas été écouté»: un réanimateur fait la leçon à Jean Castex
Repas clandestins: deux personnalités dévoilent publiquement leur expérience
Tags:
émeutes, agresseur, violences, police, Nice
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook